Black Mirror

Furit

10/04/2020

Autoproduction

Si je vous dis Black Mirror, vous allez immédiatement penser et à juste titre à cette fameuse série créé par Charlie Brooker, mettant en place une anthologie d’aventures se déroulant dans un multivers dominé par la technologie et les aspects les plus sombres de l’âme humaine. Vous aurez évidemment raison, puisque cette série est d’importance et a marqué l’histoire de la TV au même titre que d’autres, avant et après elle. Mais aujourd’hui, Black Mirror fait référence à une œuvre beaucoup plus modeste et au rayonnement plus limité, puisqu’elle en appelle au ressenti du DIY et de l’underground musical extrême mondial. De la belle ville brésilienne de Teresina nous parvient donc le second LP des locaux de FURIT, groupe à cheval sur les principes mais aussi sur les styles. Né à l’orée des années 2010, ce groupe sympathique jouit déjà d’une bonne réputation dans son pays d’origine et reste un modèle d’acharnement intelligent et d’opiniâtreté touchante. Né trio, avec l’ossature guitare/basse/batterie, FURIT lâcha sa première démo en 2012, en proposant trois morceaux à ses fans éventuels, “The Thunder”, “Let it Bleed” et “Between Death and Life”. Après quelques concerts, le départ du guitariste d’origine et quelques ajustements de line-up, le groupe se stabilisa et pu donner des concerts, mais aussi préparer son entrée dans la cour de grands. D’abord via une série de vidéos sur Youtube, Live at Patrese Studio, puis en composant son premier longue-durée, The Order Remains The Same en 2017. Une fois bien présents sur le marché, nos amis brésiliens purent assurer quelques premières parties, dont certaines fameuses, en ouverture de Tim Owens, KRISIUN ou TAURUS. Et c’est fort de cette expérience que les musiciens reviennent enfoncer le clou avec ce Black Mirror, qui comme son illustre référence télévisuelle, se concentre sur les rapports entre l’humanité et ses moyens de communication modernes.

Aujourd’hui composé de TK Santos (basse/chant), Ulisses Melo (guitare), Max Melo (guitare/chœurs) et Lucas Nannini (batterie), FURIT peut donc mettre à profit sa décennie d’existence pour nous offrir un second album digne de ce nom et de ses capacités. Prenant son inspiration dans les glorieuses eighties, le groupe ne se contente pas pour autant de recycler trop facilement d’anciennes idées. Le parti-pris même du combo, tergiversant entre Heavy et Thrash est loin d’être anodin, mais ce qui frappe le plus sur ce second longue-durée, c’est cette propension à se vouloir allusif à tous les sous-courants du Thrash, évitant ainsi le piège du redondant excessif ou de l’œuvre sous perfusion. On sent que des groupes historiques ont façonné le visage artistique de la formation brésilienne, mais ce désir de réactualiser un allant violent en l’éclairant d’une lumière actuelle est savoureux, sinon complètement inédit. Pour faire simple, autant dire que le groupe rappelle tout autant la vague Thrash allemande de la fin des années 80 que le mouvement de la Bay-Area, sans oublier d’épicer un peu sa musique de références sud-américaines, mais pas celles flottant dans la mare de la bestialité. C’est donc un Thrash précis et hautement saccadé qui nous est livré-là, et qui frise les sommets de l’excellence en version rapide, avec en exergue de petites perles d’agressivité comme « Divide and Conquer ». Sans vraiment bousculer l’ordre établi ou mettre en péril les cadors du renouveau comme POWER TRIP ou MUNICIPAL WASTE, les FURIT tirent méchamment bien leur épingle du Mosh, et nous offrent une partition impeccable, jouée par des instrumentistes précis et carrés. Premier écueil à affronter pour apprécier le travail, le chant très particulier de TK Santos qui se situe dans la lignée de vocalistes à part comme Sean Killian, Russ Anderson ou Robert Gonnella. Son timbre très particulier et suraigu peut surprendre, mais lorsque le tempo monte dans les tours, ses intonations possédées confèrent aux morceaux un doux parfum de folie qui n’est pas sans rappeler les miraculeux ASSASSIN ou les débuts d’EXODUS (« #deathto »).

Sous une pochette au trait assez grossier et au message pour le moins évident, se cache donc un album de Thrash très intelligent, mais surtout, très efficace. Je parlais en amont de Techno-Thrash, mais l’utilisation du terme est sujette à caution. La musique du groupe est en effet précise et pointue, mais en aucun cas les musiciens ne s’autorisent des délires baroques ou des caprices jazzy. Il convient de voir en cette référence une technique très pointue, mise au service de morceaux vraiment violents, qui ne refusent pas un brin de finesse au moment de l’exécution. Mais pas d’inquiétude, rien d’élitiste, mais plus une volonté de précision dans la violence de la même façon que les groupes de Californie ont façonné leur art il y a quelques décennies. Ce qui n’empêche nullement les FURIT de nous assommer d’une lourdeur modérée, via « Blood Fascination », nous ramenant à l’époque glorieuse des FORBIDDEN et du OVERKILL le moins Hardcore, toujours avec cette facilité dans la fluidité qui rend les plans plus digestes. Avec des frappes instinctives et opportunes, le groupe taille sa route avec flair et panache, conscient de ses possibilités, qu’il étale au grand jour sur la longue conclusion épique de « Streaming ». En plus de huit minutes, les brésiliens se souviennent de l’EXODUS de « Like Father, Like Son », et nous transportent dans la galaxie Thrash avec une aisance incroyable. Riff emphatique et concentrique, chant presque à la limite d’un Core maîtrisé, pour une longue litanie moins progressive qu’on aurait pu l’espérer, mais à la redondance effective. Un crescendo final discret permet de rattacher l’épilogue au Techno-Thrash de BELIEVER, ou DEATHROW, mais en définitive, et après un recul global, il est certain que Black Mirror, moins complexe et philosophique que son pendant en images fait partie des œuvres les plus intéressantes de la vague Thrash old-school actuelle, ne serait-ce que par ses choix multiples et sa capacité à insuffler un peu de modernité dans l’extrême du passé.                       

                                                                                                      

Titres de l’album :

                          01. Truth Game

                          02. Wysiati

                          03. Blood Fascination

                          04. Eternal Suffering

                          05. Divide and Conquer

                          06. #deathto

                          07. Deus Ex Machina

                          08. Streaming

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/04/2021 à 17:21
80 %    13

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45