Bonfire Eternal

Bonfire Eternal

08/08/2020

Autoproduction

Il est tout seul, il est américain, il joue de tout, il propose son premier EP, il vient de Vancouver dans l’état de Washington, et il aime beaucoup le Thrash, le Hardcore, le Crossover et le Heavy Metal. Il ne crache pas sur un brin de NOLA par moments, mais il est relativement impressionnant de discipline et de lucidité musicale. En effet, se cache derrière le nom générique de BONFIRE ETERNAL celui plus personnel de Kerry Layne Jeffrey, qui se permet de mener seul sa barque dans un créneau qui d’ordinaire, justifie les rassemblements sociaux. On ne sait pas exactement quand l’idée de ce concept lui est venue à l’esprit, mais on sait aujourd’hui que Kerry est tout à fait capable de composer un album qui tient méchamment la route sans avoir besoin d’être épaulé, et cette éponyme introduction est quand même méchamment impressionnante de dextérité et de pugnacité. Avec sa tête de programmateur informatique poli et serviable, Kerry nous offre donc six morceaux pour trente minutes de musique, et se débrouille comme un chef, n’ayant eu besoin que d’un coup de main pour cette superbe pochette signée Jan Brokoola. Mais quid de la musique de ce premier EP décidément bien intrigant ? Elle est plurielle, navigue entre Heavy vraiment rageur, Thrash tapageur, Hardcore en fureur et South Rock en sueur, et présente donc un éventail de possibilités assez intéressant. D’autant que l’homme responsable de la composition n’est pas manchot lorsqu’il s’agit de manier les instruments, et toutes les parties instrumentales sont soignées, et complétées de lignes de chant rauques et bien hurlées, histoire de conférer au projet une patine encore plus puissante.

Kerry Layne Jeffrey fait feu de tout bois, et envoie méchamment la sauce, passant en revue tous les styles qu’il aime, et les reprenant à sa façon, très professionnelle, mais aussi très sincère. Et c’est ainsi que l’album démarre en trombe avec le Thrash cut « Crawling Towards the Light », qui cavale comme du EXODUS en furie, et fait monter la pression sans avoir besoin d’introduction. Capable en rythmique (les riffs sont nombreux et velus), très compétent en solo, Kerry ne se contente donc pas de reproduire des figures imposées mais fait étalage d’un talent certain, et d’un flair indéniable pour faire monter la température. On se dit alors que la voie est tracée et que l’homme va continuer sur sa lancée, mais loin de se contenter d’une linéarité Thrash d’usage, l’homme brouille les pistes, se rapproche du Hardcore pour mieux se la jouer southern, aménage des breaks, des soli, des cassures, et nous fait même croire qu’il est entouré de musiciens aussi compétents que lui. « Lesser Blood » ralentit la cadence mais ne fait pas retomber le soufflé, et on se replonge soudain dans les années Crossover les plus méchantes, avec toujours en exergue cette complémentarité entre un chant vraiment hargneux et ces guitares pugnaces et tenaces. C’est accrocheur en diable, un peu Hardcore de Boston sur les bords, mais totalement Metal dans le fond, et lorsque « Ritual » résonne, le Boogie raisonne, et le tempo se chaloupe pour se lover au creux d’un DOWN plus colérique que défoncé comme une trique.

L’art de l’américain pour jouer entre les ambiances est assez bluffant, et il se montre crédible dans tous les domaines et ambiances. Il est assez rare de tomber sur un one-man-band aussi versatile mais cohérent, mais en proposant six titres aussi homogènes que différents, BONFIRE ETERNAL marque les esprits et délimite son terrain, vaste, mais bien gardé. Soli impeccables, en tapping comme en coulé, voix qui ne déraille jamais, breaks mélodiques à la HYPNO5E, enchaînements fluides, et surtout, production nickel qui vaut largement des studios à la réputation immaculée. Aussi convaincant en terrain lourd qu’il ne l’est lorsqu’il s’emballe Hardcore, l’ami Kerry vitupère comme un beau diable sur « Ghouls », avant de gesticuler Hard Rock sur le terriblement catchy « Inherent Vice », qui hurle et s’époumone tout en plaquant un lick gluant et très eighties. Déhanchement, choix pertinent au moment de trier les riffs, chant qui module un peu, et on se retrouve face à une imitation plus que crédible du REFUSED le plus Rock. Le morceau éponyme termine en tant qu’épilogue massif, et ses sept minutes et quelques achèvent de nous convaincre du caractère fondamental de cette réalisation underground, qui mérite bien mieux qu’un anonymat sur la toile. En reprenant la cadence Thrash, mais en accentuant le poids des harmonies, Kerry propose un final digne de ce nom, qui laisse augurer d’un premier LP sentant le souffre et le talent. Capable d’allumer la mèche et de faire exploser les conventions, Kerry nous offre donc avec son projet BONFIRE ETERNAL un bûcher qui brûle toute la nuit, non des sorcières, mais des lieux communs. Belle réussite et à très vite car je suis certain que l’homme est prolifique en plus.  

                                                                                               

Titres de l’album:

                      01. Crawling Towards the Light

                      02. Lesser Blood

                      03. Ritual

                      04. Ghouls

                      05. Inherent Vice

                      06. Bonfire Eternal


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/05/2021 à 19:17
78 %    8

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45