Chaos Matter

Burn The Mankind

20/07/2020

Emanzipation Productions

Bon certes, à la base ce genre de truc n’est pas ma tasse de thé. Le Technical Death, tout comme le Brutal Death ou le Slamming, ne sont pour moi que des extensions ultra brutales de ce qui existe déjà depuis très longtemps, depuis MORBID ANGEL, SUFFOCATION, GORGUTS et autres CANNIBAL CORPSE, ou CRYPTOPSY, et donc des choses pas vraiment indispensables au mieux-être culturel global. Mais les genres ayant leur fanbase, il serait très élitiste de passer sous silence les meilleures sorties du genre, même si vous ne me ferez jamais toucher un album de Deathcore avec des gants de jardinier. Heureusement pour moi, les brésiliens de BURN THE MANKIND sont des spécialistes du genre, et manient la violence avec un panache indéniable, et en format court, le groupe est tout à fait recommandable, d’autant que ce nouvel EP compte quelques featuring assez fameux et frais (Flavrio Soares, bassiste/chanteur du groupe LEVIATHAN et Eder Macedo, pleureur en chef des doomsters d’A SORROWFULL DREAM). Dans les faits, Chaos Matter est la troisième réalisation pro de ce quatuor de Porto Alegre, après un premier format court initial publié en 2010 et éponyme, et le LP To Beyond lâché en 2015. Nous étions donc sans nouvelles du groupe depuis un bon moment, mais heureusement les esthètes danois d’Emanzipation Productions nous les ramènent avec une jolie carte postale de la vie au Brésil, et ces quatre nouveaux morceaux laissent augurer d’une suite longue-durée de qualité qui ne devrait pas trop traîner.

Fondamentalement, les BURN THE MANKIND continuent de faire ce qu’ils savent faire de mieux, et pilonnent pendant une grosse demi-heure, avec quatre titres studio et trois en live, histoire de proposer un produit plus complet qu’un simple interlude en forme de simple des années 60. On retrouve donc les quatre musiciens au sommet de leur forme (Marcelo Nekard - chant/basse, Rafael Barros - guitare/choeurs, Marcos Moura - guitare, Sandro Moreira - batterie), armés de riffs jusqu’aux dents, et prêts à mettre le monde à feu et à sang de leurs exactions calibrées au millimètre près. Du Death très technique et précis donc, qui rappelle l’école de MORBID ANGEL et KRISIUM, suffisamment bourrin pour donner de l’énergie avant le chocolat du matin, et largement assez sadique pour laisser planer quelques mélodies amères au-dessus de notre pénible routine quotidienne. Superbement produit, Chaos Matter est donc une reprise de contact sans ambages et propose quatre chansons redoutables de violence et de précision, avec toujours en exergue cette rythmique infatigable qui blaste comme Mike Patton croone, ce chanteur aux tonalités sourdes qui n’est pas sans évoquer un Steve Tucker passablement énervé par un teckel, et cette collection de thèmes qui permet de s’accrocher au wagon Death technique sans en faire trop.

Mais les lascars ne se contentent pas de ruer dans les brancards comme une horde de sauterelles sur un champ de blé. Avec un titre de l’épaisseur de « Weigh like Lead », les BURN THE MANKIND prouvent qu’ils sont facilement capables de travailler une ambiance, et de faire preuve de la même lourdeur malsaine que le MORBID ANGEL de « Where the Slime Lives ». C’est chaud bouillant, oppressant, et ça fait du bien après trois morceaux qui vous scarifient à grands coups de tesson de bouteille (stérilisés bien sûr). Mais ne boudons pas le plaisir d’une intro aussi dantesque que « The Red Rise », qui en cinq minutes et quelques résume à merveille l’approche des brésiliens, avec ses blasts systématiques, et cette acuité rythmique qui les range dans la catégorie des frappeurs chirurgicaux les plus pointilleux de la scène. Tout est méchamment en place, tout se place méchamment, et l’énergie développée équivaut à peu près à la production annuelle d’une centrale nucléaire peu avare en surchauffe. Difficile de ne pas penser au MORBID ANGEL le plus performant, mais le quatuor parvient facilement à s’éloigner de ses influences les plus manifestes pour affirmer son identité, et les deux morceaux suivants, plus courts et concis enfoncent encore plus le clou dans le cercueil de la modération. Ajoutez à ça trois morceaux en concert qui sont un peu la cerise à la vodka sur le gâteau au kérosène, et vous obtenez un EP de fort bonne facture, qui en plus d’énerver vos voisins, vous procurera une joie infinie et se substituera facilement au dépeçage d’un cadavre encore frais au scalpel. Nous attendons maintenant la suite des évènements, et un futur LP qui s’annonce brûlant, tant BURN THE MANKIND revient en forme olympique pour fêter dignement cette année 2020 catastrophique, dont Chaos Matter est la bande-son idoine.          

                                                                                

Titres de l’album:

01. The Red Rise

02. Sulfur

03. Sudden Inversion

04. Weigh like Lead

05. Lies (live)

06. Sudden Inversion (live)

07. Everyone is Blind (live)


Facebook officiel


par mortne2001 le 23/04/2021 à 18:19
80 %    8

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45