Erase

Nø Man

27/07/2020

Autoproduction

Je les ai découverts tout à fait par hasard sur une plateforme quelconque, mais je ne regrette pas la rencontre musicale. Venant de Washington, D.C. les NØ MAN proposent un mix intéressant entre Hardcore et Noisy Rock, quelque part entre FUGAZI, les SEX SNOBS et les CLOSET WITCH, avec cette petite touche de froideur qui caractérise tous les groupes venant de l’état de Washington. Mais la froideur n’implique pas forcément la rigidité, et ce second LP ou EP ne manque pas d’émotion quelque part, même si elle semble glacée au toucher des tympans. Pas énormément de bio à se mettre sous les yeux, puisque le groupe est avare d’informations, mais ces vingt-deux minutes de violence méritent largement qu’on s’y attarde sans en savoir beaucoup plus sur leurs créateurs. Quatuor (Maha Shami, Matthew Michel, Pat Broderick & Kevin Lamiell), drivé par une chanteuse qui vide ses tripes à chaque inflexion, NØ MAN est l’archétype de groupe qui joue cru, dru, direct et sans fioritures. Faisant le lien direct entre la scène Punk/Hardcore des années 80 et les productions plus denses du nouveau siècle, Erase est un concentré de colère découpé en chapitres courts et percutants, usant de riffs sombres qu’on croirait empruntés à la scène suédoise, de dissonances symptomatiques de cette mouvance Noisy, et de breaks lourds comme un ciel chargé de désespoir. Généralement, le groupe refuse de s’éterniser au-delà des deux minutes, mais parfois, les concessions effleurent et nous donnent des moments de sensibilité Post-Hardcore et Ambient, du moins sur quelques secondes, mais qui prouvent que les américains ne sont pas que des brutes pour club enfumé et moisi.

Il n’y a rien de nouveau là-dedans, mais beaucoup d’énergie sous forme de rage, une façon d’envisager le Rock sous son jour le moins lumineux, mais un sens du groove imparable et un phrasé vocal vraiment efficace. Enregistré et mixé par Matthew Michel au Viva Studio, mais surtout masterisé par l’homme qui ne dort jamais, Brad Boatright en son fameux Audiosiege, Erase efface le passé et se concentre sur le présent, confrontant l’abrasivité sans concessions des guitares avec un son plus épais que la moyenne qui nous entraîne parfois sur le chemin d’un Sludge vraiment Hardcore, comme en témoigne le mélancolique et sale « Cut Out ». Et même si l’enrobage est professionnel jusqu’au bout des ongles noircis, on respire à plein poumons l’air vicié d’une vieille salle de répétition, des heures passées dans la sueur à élaborer un répertoire irréprochable qui accepte les modulations plus abordables, mais qui se concentre surtout sur l’immédiateté du message : frapper fort et vite, jouer comme si sa vie en dépendait, rappelant l’école de Kurt Ballou et de MINOR THREAT, les soubresauts de CONVERGE et l’absence d’empathie d’UNSANE, sans plagier aucune de ces références. Mais lorsque la température monte, que le groupe appuie sur le tempo, la haine effleure les haut-parleurs pour les faire trembler d’un Hardcore moderne et vraiment méchant dans les intentions (« Golden Son »).

Rien n’est superflu ici. Les intros sont courtes et importantes, les riffs sont usés, revanchards mais un peu las, et le chant époumoné de Maha Shami permet à l’album d’atteindre des sommets d’acidité, parfaitement en adéquation avec une époque plus que troublée. On imagine parfaitement le groupe à l’aise dans une petite salle, en contact direct avec son public sui pogote tout son saoul en oubliant pour quelques instants les turpitudes d’une vie insupportable. C’est le message que passe l’introductif « Dive », qui propose de plonger dans la fournaise et qui cavale de ses BPM, avant de nous étouffer sous la lave d’un break haché et percuté. Il n’y a pas grand-chose à dire sur un album de cette trempe, si viscéral qu’il se passe de commentaires. Ou juste dire que l’écoute de « SOS » est éprouvante avec ses itérations qui font du mal à l’âme, dire que les quatre musiciens sont en osmose totale, et que le résultat est au-dessus de toute attente concernant un groupe si underground. Ecoutez le disque, tremblez sous la basse ronflante de « Tune In », ralentissez la cadence et regardez votre verre se vider à l’écoulement des stridences et dissonances de « Secret », et mettez-vous à genoux pour la célébration proto-Sludge du final « Pray ». Mais je ne suis pas certain qu’une simple prière vous sorte du bourbier dans lequel l’humanité est plongée. Alors, slammez, gigotez, transposez-vous à DC, et rentrez dans le lard d’un LP qui ne fait pas dans la dentelle, mais qui retranscrit son époque avec une acuité folle.

Pas joli-joli mais cathartique, et sans psy.          

                                                                                               

Titres de l’album:

01. Dive

02. Sos

03. Tune In

04. Secret

05. Shots Fired

06. Cut Out

07. Golden Son

08. Pray


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/05/2021 à 14:47
80 %    12

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45