Folkesange

Myrkur

20/03/2020

Relapse Records

On finit tous par grandir un jour. Nos goûts changent, notre perception de la vie change, notre entourage immédiat change, et par extension, nos buts changent. Au départ, certains sont des chiens fous, des électrons libres, des expérimentateurs, des tentateurs, qui veulent tout essayer, tout goûter, s’exprimer de façon véhémente, arracher à la vie cette couche de peau qui les empêche de souffrir. Et puis, la vie aidant, les années passant, on se rend compte qu’il y a finalement plus simple à obtenir d’une existence qu’un questionnement permanent. Alors, on devient « adulte », et on accepte de regarder les choses sous un angle différent, et d’apprécier l’instant, un autre avenir, moins coloré que celui qu’on imaginait, mais pas moins agréable, et disons-le, inévitable et le plus probable. Ce qui ne veut pas dire qu’on change foncièrement en soi, mais on s’adapte, on adopte, on accepte, et on finit par se faire à l’idée qu’à un certain âge, les choses suivent leur cours naturellement. Ainsi, nous savions tous qu’Amalie Bruun allait finir par grandir elle aussi, se confronter à des choix, en faire d’autres mais sans renier les précédents. Moi aussi, comme beaucoup d’autres fans, j’aurais aimé qu’elle continue de secouer le cocotier, qu’elle persiste dans l’agacement des masses, et qu’elle garde bien dressé son majeur en direction des puristes du Black Metal. J’aurais adoré qu’elle continue de les agacer de son mélange hétéroclite de musique intimiste, de Pop déguisée en Metal, et de soudaines crises de fureur en cris incontrôlés. Mais après deux albums, un EP et un live, il semblerait que la blonde et diaphane danoise a choisi de ranger son décorum infernal avec ses souvenirs de jeunesse pour se lancer dans une nouvelle direction, pas moins intéressante, mais plus classique dans le fond, surtout pour qui est familier avec la culture nordique.

MYRKUR a toujours profondément divisé le public, ne le nions pas. Comme si une artiste pouvait remettre en cause à elle seule les fondements d’un style, se l’approprier, et en dénaturer les codes. Mais Amalie, aussi individuelle dans sa démarche fut-elle n’a jamais voulu saper les fondements, juste se les approprier pour proposer autre chose qu’une simple déflagration sur fond de haine des religions organisées. C’est ainsi qu’en deux LPs, la danoise a posé les bases de sa démarche, les a modulées, pour aujourd’hui repartir sur un autre chemin que cette superbe pochette ne cache en rien. Couleurs, iconographie nordique traditionnelle, avec cette jeune femme qui tricote dans la montagne, belle comme le jour et pure comme la nuit, MYRKUR se rapproche de ses racines, et les racines des suédois, des norvégiens, des danois et des islandais est le Folk évidemment. Ce Folk que les grand-mères chantaient à leurs petits-enfants, ce Folk qu’on jouait dans les parcs en Suède, ce Folk qui constitue les racines d’une musique moderne qui a transformé l’Europe du Nord en poumon créatif mondial depuis la fin des années 70. Je ne me suis pas formalisé plus que ça au revirement de Bruun, puisqu’elle montrait déjà des signes avant-coureurs sur ses albums précédents, mais je ne l’attendais pas sur le terrain du Folk sans autre garde-fou avant quelques temps. Il faut dire qu’en devenant mère, elle a changé sa vision du monde, et souhaite sans doute aujourd’hui s’éloigner de cette scène BM encombrante, et aussi apprendre à transmettre à son enfant une partie de sa culture autre que celle des brûleurs d’églises.

Mais on peut voir aussi en Folkesange et son titre en aveu un désir de capitaliser sur son propre vécu, de s’offrir une pause artistique crédible, loin des feux de l’enfer et plus proche de la pureté virginale d’un décor d’enfance. Ou plus prosaïquement le besoin de se sentir chérie de son public, qui a adoubé la tentative de la musicienne de proposer une musique plus simple et traditionnelle. Car après avoir constaté que sa vidéo sur laquelle elle s’accompagnait de ce mystérieux nyckelharpa (instrument de musique traditionnel à cordes frottées d'origine suédoise qui appartient à la même famille que la vielle à roue et la vièle) gagnait de plus en plus de vues au fil du temps, Amalie s’est donc plongé dans la musique folklorique nationale pour tenter de proposer sa propre version réactualisée d’une musique centenaire, en mélangeant d’anciens arrangements et de nouveaux morceaux. C’est ainsi qu’elle lança « Ella » en signe avant-coureur, son adaptation personnelle d’un cheminement mélodique classique, pour bien montrer que ce projet n’était pas qu’une simple appropriation triviale et bassement commerciale genre Bretonne de Nolwenn Leroy, mais bien une véritable exploration d’un passé toujours aussi présent. On pouvait s’y attendre, puisque Bruun ne fait jamais les choses à moitié, Folkesange est tout sauf un pied trempé en eaux prétendument dangereuses, mais bien un plongeon à six heures du matin dans les eaux gelés d’un lac. Soyez conscient que malgré ses influences modernes, il s’agit bien là d’un véritable album de Folk, et non de Folk-Metal, ce genre bâtard et avilissant qui nous souille les oreilles depuis vingt ans. En admettant que la musicienne a mis toutes ses références Metal de côté pour en adopter d’autres, on peut alors s’immerger en toute conscience et tranquillité dans cette œuvre, certes pas vraiment novatrice ni étonnante, mais d’une grande et constante qualité.

Car ce qui sera (faussement) surprenant aux oreilles des fans de MYRKUR et des amateurs de Metal en général, sera plutôt classique et poli aux autres. Le Folk d’Amalie n’est ni expérimental ni novateur, juste adapté aux exigences d’un marché qui demande des compromis, et de ce côté-là, la chanteuse s’en est bien sortie. Elle n’est pas tombée dans le piège de la traduction putassière, et a gardé le côté dansant et chantant du Folk nordique, comme le démontre le traditionnel « Fager Som En Ros ». Tout est là, les percussions en pulsations, les cordes qui s’entremêlent dans une danse de la joie, la richesse des textures, et surtout, les inflexions dans la voix. Celle d’Amalie a muri, elle est devenue plus profonde, et suggère d’autres sentiments, plus en phase avec son état d’esprit actuel. Il n’est évidemment pas interdit à l’écoute de l’album de penser parfois à Tori Amos, à SUSPIRIA, mais aussi à Sofia KARLSSON, Melissa HORN, SUMIE, et à plusieurs autres artistes s’étant accaparé un style vieux comme la vie pour le transformer en art contemporain, sans en dénaturer la pureté. La beauté est bien là, dans les notes de piano qui soutiennent des nappes vocales hantées et évanescentes (« Leaves Of Yggdrasil »), mais aussi dans cette volonté d’étirer les émotions jusqu’à atteindre une plénitude harmonique à la limite du mantra (« Tor I Helheim », et ses sept minutes sans autre modulation mélodique que les cordes apparaissant et disparaissant). Mieux vaut être rompu à l’exercice pour apprécier cet album à sa juste valeur. La musique est volontairement répétitive, même si les percussions et cordes font tout pour meubler les attentes (« Svea »), et si Amalie pioche dans le répertoire plus fondamental de quoi calmer les ardeurs (« House Carpenter » autrefois chantée par les WATERSONS et Joan Baez).

Tout s’achève d’ailleurs de la façon la plus logique et magnifique qui soit, avec un hiver onirique et cristallin (« Vinter »), comme si tout ceci n’avait été qu’un rêve, ou une parenthèse dans une vie trop chargée. Nous grandissons tous un jour, c’est une obligation. Mais rien ne nous interdit de continuer à penser à notre enfance, qu’elle fut au coin du feu ou ailleurs.            

                                   

Titres de l’album :

                          01. Ella

                          02. Fager Som En Ros

                          03. Leaves Of Yggdrasil

                          04. Ramund

                          05. Tor I Helheim

                          06. Svea

                          07. Harpens Kraft

                          08. Gammelkäring

                          09. House Carpenter

                          10. Reiar

                          11. Gudernes Vilje Vinter

                          12. Vinter

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/04/2020 à 14:34
85 %    399

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
05/04/2020, 14:52:55
Une bien bonne chronique à laquelle je souscris. Un album certes classique, sans prise de risque par rapport au genre, un album charnière aussi (l'abandon des parties BM sera définitif maintenant je pense...). Mais un album qui s'écoute bien et qui fait le taf pour moi. Après je peux comprendre qu'un fan de folk / dark folk etc, n'y trouve pas son compte tant tout ici peut sembler "déjà entendu".

Gargan
@86.244.122.204
06/04/2020, 15:56:02
Amalie McKennitt.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45