For Dread Shall Reign

Deathstorm

31/07/2020

Dying Victims Productions

Quatrième album pour les autrichiens de DEATHSTORM, qui malgré leur petite décennie d’activité représentent aujourd’hui une des forces les plus vives du revival Thrash européen. Les plus intéressés par la chose suivent le groupe depuis ses premières exactions, et louent ses qualités déjà largement présentées sur As Death Awakes, qui plantait les bases en attendant de les peaufiner plus tard. Et après Blood Beneath the Crypts en 2016 et Reaping What Is Left en 2018, leur statut de leader de la scène centre européenne n’est plus à remettre en cause, même si leur Thrash sous influence n’est pas exempt de citations un peu trop directes parfois. Dans les faits, rien ne distingue vraiment le Metal des originaires de Graz de celui de leurs concurrents les plus directs, qui eux aussi s’abreuvent à la fontaine originelle de la violence. On sent évidemment l’importance du KREATOR des débuts, chaotique, supersonique et un peu gauche, mais aussi le caractère crucial du DEATH des nineties, dont les autrichiens reprennent parfois l’attitude à la posture près. Mais ce mélange entre technique affûtée et brutalité ouverte n’est pas des moins intéressants, et c’est sans doute à cause de cette optique que le groupe a toujours obtenu un très bon accueil de la part du public. La critique s’est-elle montrée parfois plus sévère, accusant le groupe d’opportunisme et d’un sens de l’emprunt un peu trop poussé, mais après quelques écoutes, For Dread Shall Reign continue sur la lancée de constance des trois premiers LPs, en mélangeant avec beaucoup de flair violence extrême et précision diabolique.

On retrouve une nouvelle fois sur cet album toutes les caractéristiques d’un groupe qui ne souhaite pas s’enfermer dans une nostalgie a angle unique. C’est pourquoi au petit jeu des influences frappantes, DEATHSTORM remporte la mise sur ses rivaux, souvent focalisés sur une source unique, et la pillant jusqu’à l’outrance. Ici, tout le panel de l’extrême des années 80/90 est passé en revue, de l’hommage poussé à SLAYER jusqu’à la relecture du DEATH des années techniques, en passant par le METALLICA le plus nuancé à l’occasion d’intro mélodiques et agencées. Mais on sent aussi en arrière-plan des pistes moins évidentes, et des clins d’œil poussés à la scène underground d’il y a quelques décennies, avec des accolades données à INCUBUS, HELLWITCH ou VIOLENT FORCE. Quelques pointes de sauvagerie sud-américaines permettent aussi de se prévaloir d’une caution un peu plus sombre, mais loin d’un fourre-tout, ce quatrième longue-durée des autrichiens est un formidable survol d’une époque où tout était encore permis, et deux ou trois trucs à découvrir. On apprécie fortement cette alternance entre des passages d’une sauvagerie Thrashcore et ces structures plus posées et mélodiques, ce qui provoque un effet d’aspiration qui n’est pas sans évoquer les maîtres du genre (INDESTROY, MESSINA, et SACRIFICE bien sûr), et finalement, le Thrash de DEATHSTORM sonne beaucoup moins convenu que celui de ses collègues qui tentent par tous les moyens de reproduire les astuces d’une ère dont la créativité continue de résonner dans les cavernes de l’admiration.

Et dès l’intro Lombardo style de « Unforgotten Wounds », la machine est lancée sur les rails SLAYER, avant d’interrompre l’évidence de son avancée d’une cruauté à laquelle les californiens n’étaient pas habitués. Toujours aussi prompts à mixer la précision US et la débauche germaine, les autrichiens se rapprochent d’ACCUSER, mais aussi de la jeune génération des POWER TRIP et autres TOXIC HOLOCAUST, sans toutefois copier leurs méthodes très personnelles. For Dread Shall Reign continue donc de proposer des titres truffés de plans différents, de cassures de rythme, de soudaines embardées qui font mal aux reins, tout en distillant quelques soli un peu brouillons qui suggèrent que les astuces de Kerry King ne sont pas tombées dans l’oreille de sourds. On pense clairement à une union pas si contre nature entre la scène Death de Floride bavant ses premiers balbutiements et l’école internationale de la fin des années 80 qui commençait à tremper son Thrash dans un baril de Death, sans aller jusqu’à proposer un Thrash/Death véritablement assumé. Certes, le tout est assez classique, les guitares gentiment circulaires, mais on ne peut nier que les autrichiens sont toujours aussi créatifs dans le recyclage et précis dans la citation, simplifiant les idées de Chuck pour les ajuster à un Thrash toujours bourru et colérique (« Blades Of Delusion »). Proposant une alternative intéressante au Techno-Thrash, et évoquant parfois une version très primitive et bestiale de SADUS, DEATHSTORM est à l’image de son nom, et louvoie entre vélocité crue et assise plus Heavy, avec en exergue un titre comme « Bloodlusted », solide comme un roc et musclé comme The Rock.

L’album déroule donc son tracklisting en toute confiance, proposant des Thrash hits à la pelle, toujours amenés par des intros finaudes qui plantent le décor, avant que l’ambiance ne se réchauffe et dégénère méchamment. Mais l’accumulation de riffs, la hargne d’un chant ne se démentant pas, et l’efficacité d’une rythmique à l’abattage impressionnant font de ce quatrième LP un solide effort à la croisée des chemins qui n’a pas oublié sa boussole. On atteint parfois des sommets d’hybridation à l’occasion de « Toxic Devotion » qui fond la fluidité d’EXODUS et MEGADETH dans la cruauté d’un KREATOR des jeunes années de transition. Un intermède mélodique à la TESTAMENT/METALLICA (« The Mourning »), une bourrasque à la frontière du Thrashcore et terriblement rapide (« Funereal Depths », méchant comme une teigne), et un final aux ambitions affichées (« Human Individual Metamorphosis », si avec ça, le spectre de DEATH ne revient pas vous hanter…), et l’affaire est sérieusement pliée, renvoyant la concurrence dans les cordes de la normalité la plus lénifiante. Belle démonstration de pluralité de la part des DEATHSTORM qui confirment que leur productivité rime toujours avec efficacité et individualité.   

                            

Titres de l’album:

01. Unforgotten Wounds

02. Blades Of Delusion

03. Bloodlusted

04. Ripping And Tearing

05. Sulphuric Scents

06. The Mourning

07. Funereal Depths

08. Toxic Devotion

09. Stygian Black

10. Human Individual Metamorphosis


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/04/2021 à 17:47
78 %    15

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45