Harpokrates

Hess

31/10/2019

Sonic Age Records

Petite séance de rattrapage 2019 chers lecteurs, avec un groupe qui mérite largement quelques signes dans ces colonnes. Après tout, 2019 n’a certainement pas encore fini de nous dévoiler ses richesses et surprises, l’année écoulée ayant été l’une des plus denses de cette décade morte en paix. Découverte certes, mais pas pour tout le monde, puisque le groupe du jour existe depuis 2010 et semble très familier au public sud-américain qui le soutient depuis sa première démo publiée en 2012. Blood & Iron fut donc le premier témoignage musical des argentins de HESS, groupe qui porte la marque au fer rouge et le nom de sa vocaliste qui l’a assemblé il y a une bonne dizaine d’années. A ne pas confondre donc avec le HESS de Harry, ex-HAREM SCAREM, ce que la musique gravée sur les sillons de Harpokrates confirme dès ses premiers instants, évitant ainsi la méprise. Dans les faits, HESS est un projet conçu par la mezzo-soprano argentine Melani Hess (ex-ABRASANTIA), rejointe quelques années plus tard par Ariel Schefer (guitare). Après quelques années de mise en place et quelques ajustements de line-up, le groupe a enfin pu décoller et proposer son premier longue-durée, Hagalaz, lâché triomphalement en 2014. S’ensuivit une nouvelle période d’instabilité pour la formation, aujourd’hui consolidée par les arrivées successives d’Eric Knudsen (basse), Diego Schmidhalter (guitare) et Martin Blengino (batterie), pour enfin offrir un successeur à ce premier jet, sous la forme de neuf nouveaux morceaux ayant nécessité cinq années de peaufinage. Mais le résultat en valait largement la peine, et on sait Melani très à cheval sur les détails et la perfection, il n’est donc pas étonnant qu’elle ait attendu tant de temps pour ressortir de son bois.     

Double destin donc pour ce nouvel album, d’abord sorti en totale autoproduction en juillet de l’année dernière. Face au succès rencontré, le label grec Sonic Age Records décida de relayer l’information en version physique, et distribua l’album dès le mois d’octobre, permettant à Harpokrates de connaître une seconde naissance. Sans plus rentrer dans les détails pour le moment, avouons tout de même une chose. Aussi personnelle soit la musique de HESS elle paie son tribut à des influences plus qu’évidentes, ce que « King Aiwass » confirme en quelques secondes. Tierces symptomatiques, percussions définitives, ton lyrique, rythmique syncopée, tous les ingrédients sont en place pour qu’un seul nom émerge du chapeau : celui d’IRON MAIDEN. En effet, ce premier morceau semble sous perfusion, à tel point qu’on a le sentiment d’écouter un leftover de la période Piece of Mind chanté par la sœur de Geoff Tate, accessoirement aussi cousine de Bruce Dickinson. Le mimétisme est à ce point flagrant qu’on en vient à pouvoir anticiper les breaks et autres soli, ce qui est rarement bon signe, mais étrangement, la recette copiée fonctionne, et on se laisse prendre à ce Heavy fort en harmonies et puissant, qui nous évoque le meilleur des années 80 les plus combatives. Mais l’influence de MAIDEN n’est pas la seule, et il semblerait que les argentins n’aient cure d’une quelconque forme de modernisme, puisqu’on retrouve dans leurs morceaux des traces évidentes de DIO, de RAINBOW, de BLACK SABBATH, de MANILLA ROAD, mais aussi de QUEENSRYCHE, en version moins sophistiquée, soit l’avant-garde royale des années 70/80. Une nostalgie qui va donc chercher loin dans le temps son inspiration, mais qui a le mérite d’avoir une foi totale et indéniable. Et c’est justement cette implication - en sus d’un flair de composition certain - qui fait la force de ce second album.

Produit proprement, avec humilité mais bon sens, Harpokrates fait la part belle aux ambiances héroïques et au dramatisme Heavy le plus prononcé. La voix de Melani, toujours aussi belle et puissante domine les débats, mais heureusement pour elle, elle est aussi soutenue par une paire de guitaristes qui n’ont pas le médiator dans leur poche, et par une section rythmique sinon inventive, du moins efficace. C’est le constat qu’on tire rapidement de « God of Silence » qui accélère le tempo et allège l’atmosphère sans jouer le compromis, alors que « Thoth » convie aux agapes sombres les spectres du SAB et de DIO. Beaucoup d’envolées donc, une majesté vocale à l’empreinte forte, pour une musique traditionnelle, mais jouée avec goût et panache. On se prend à rêver à un retour du Heavy tel qu’on l’a connu dans nos jeunes années, impression accentuée par des chœurs désincarnés et spectraux du plus bel effet. Si musicalement, les argentins ne révolutionneront rien, ils pérennisent un héritage traditionnel avec une belle conviction. Evidemment, loin de moi l’idée de jouer le dithyrambe, puisque le travail de HESS n’est pas non plus irréprochable, plus dans la forme que dans le fond. Le quintet n’est pas toujours inspiré, et la voix de sa chanteuse ne parvient pas toujours à tirer l’instrumental vers le haut. Mais plus que des morceaux entiers, ce sont des passages précis qui sont à incriminer, comme ceux les plus formels et ACCEPTiens de « The Outsider », pas le plus convaincant du lot avec son riff saccadé bateau et pataud. D’autant plus que les argentins sont friands des morceaux longs aux développements multiples, ce qui a pour effet malheureux de laisser les titres dériver au long d’un cours pas vraiment vif. De plus, de temps à autres, la patte MAIDEN est vraiment trop présente, au point qu’on a le sentiment d’avoir affaire à un groupe de covers, comme le prouve « Heroes », qui sonne plus acier qu’un déroulé d’index de Steve Harris.

C’est donc vers les morceaux les plus nuancés que l’auditeur va se tourner pour avoir sa dose d’inédit, à l’image du très beau « Battle of Maldon », plus acoustique et aux harmonies plus prononcées. Ce qui permet à Melani de plus moduler sa voix et d’en montrer une autre facette, rapprochant son groupe d’un NIGHTWISH bucolique. Ajoutons à ce point positif une aisance à doper l’énergie par une rythmique plus véloce (« Chaos at Uruk », du très bon Power Metal, comme du RAINBOW repris par RIOT, « Hagalaz » plus ou moins bâti sur le même moule et conclusion parfaite), et le ressenti est finalement positif. Restera au groupe de vraiment se dégager de ses influences par trop marquantes pour proposer une musique moins connotée. Car même en 2020, nul n’a besoin d’une version féminisée d’IRON MAIDEN. Enfin pas tant qu’ils n’ont pas pris leur retraite en tout cas.     


Titres de l’album :

                          01. King Aiwass

                          02. God of Silence

                          03. Thoth

                          04. The Outsider

                          05. Heroes

                          06. Battle of Maldon

                          07. Chaos at Uruk

                          08. Atlantean Dreams

                          09. Hagalaz

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/04/2021 à 18:24
75 %    14

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45