Night Shift

Nuclear Winter

30/10/2019

Autoproduction

Je ne vais pas le cacher, si je me suis décidé à chroniquer le premier album de NUCLEAR WINTER, ça n’est pas à cause de sa pochette, classique, ni à cause de son nom, délicieusement rattaché à nos bons vieux SODOM. Et encore moins après avoir lu le style pratiqué, qui fait partie de ceux que je fuis avec application. Death mélodique, Mélodeath selon votre préférence, un genre qui tourne en rond depuis les premières exactions d’AT THE GATES, avec toutefois une petite précision concernant NUCLEAR WINTER, qui ajoute un soupçon d’Industriel à son cocktail. Pas de quoi titiller ma curiosité donc, alors jouons la franchise. Ce qui m’a décidé à m’atteler à cette chronique est bien le pays d’où vient ce projet, le Zimbabwe. En effet, un chroniqueur lambda n’a pas souvent l’occasion de s’attaquer à la scène Metal d’Afrique australe, et je serais bien peiné au moment de devoir vous citer des artistes en ayant émergé un jour. Cette curiosité est-elle malsaine, et ce désir d’exotisme est-il répréhensible éthiquement parlant ? Je ne pense pas, il répond juste à une envie de découvrir tout un pan culturel inhabituel et méconnu, et si ce groupe était constitué d’Inuits ou originaire de Micronésie, la curiosité eut été la même…Bref, nonobstant ces précisions géographiques et cet aveu explicite, attachons-nous à décrire la musique proposée par ce nouveau venu sur la scène mondiale, qui ma foi, commence sa conquête du monde de façon modeste et discrète. En parcourant le Net, peu d’informations sont disponibles sur le groupe, et pour cause, il n’en est pas un. Grâce aux moyens de production modernes, un musicien isolé peut tout à fait enregistrer un album entier par ses propres moyens, et c’est donc ce qu’a fait Gary Stautmeister de son Harare natal (capitale du Zimbabwe et anciennement Salisbury). Il nous présente donc le premier jet de sa créature NUCLEAR WINTER, Night Shift, et son tour de garde s’accompagne d’un melting-pot Metal assez complet, et bien plus riche qu’une simple copie Melodeath classique et factuelle.

En regardant les photos de Gary, on l’imagine plus volontiers évoluant dans la Pop ou les relations publiques, tant son sourire éclatant et sa blondeur virginale ne l’affilient pas vraiment de fait à la scène Metal. Avec ce physique à avoir fait partie d’un des premiers boys-band du Zimbabwe, le musicien surprend de sa véhémence, et fait montre de certaines qualités d’agencement et de composition. Bien sûr, et pour rester honnête, ce premier album n’est pas de ceux qui marqueront les esprits. Il est plutôt à envisager comme une démo améliorée, une carte de visite destinée à exposer les possibilités d’un musicien qui n’en manque pas, et qui est capable de se charger de tous les postes, de la guitare au chant en passant par la programmation, les arrangements, et la production, celle de Night Shift étant encore un peu light, mais professionnelle. Le musicien le dit lui-même, son travail se veut « Heavy, mais avec quelques touches plus légères » et cette assertion est certainement celle qui définit le mieux sa musique. On trouve évidemment des traces des mentors du créneau, de AT THE GATES à DARK TRANQUILITY, en passant par SOILWORK ou IN FLAMES, mais aussi quelques réminiscences moins marquées Death comme CREMATORY ou FEAR FACTORY, lorsque le côté mécanique et automatique des compos est plus accentué. En résulte donc ce fameux Death mélodique et subtilement Industriel dont se targue l’auteur, qui malheureusement, et ce malgré un talent indéniable, ne parvient pas encore à nous convaincre totalement. Premier écueil, le son de la programmation, encore un peu trop synthétique, et le second, pas des moindres, l’aspect trop homogène de compositions qui semblent se fondre les unes dans les autres sans réelle différence. Mais lorsque la mécanique est bien huilée et que les thèmes sont accrocheurs, on se laisse amadouer, comme dans le cas du percutant « Fragments of Grandeur », qui suggère une union fugace mais efficace entre le CARCASS des années pré-split et le STRAPPING YOUNG LAD le plus léger.

Pas de chef d’œuvre à attendre donc, mais là n’était pas l’intention. Avec NUCLEAR WINTER et Night Shift, Gary voulait se faire un nom, et montrer ses capacités. La mission est donc remplie, et admettons que l’artiste/instrumentiste parvient souvent à trouver des riffs ou des arrangements vocaux tout à fait persuasifs. C’est spécialement sur la seconde moitié de l’album qu’on remarque ces aptitudes, avec un « Third War » vraiment catchy aux nombreux chœurs enchevêtrés. On regrette principalement que Gary n’ait pas choisi une option plus évolutive, avec des morceaux plus concentrés sur les ambiances, le format restant désespérément classique dans le fond et la forme, et jamais au-delà de trois ou quatre minutes. On sent pourtant que Stautmeister a le potentiel pour faire des choses plus ambitieuses, lui qui ne recule jamais devant une atmosphère savamment travaillée aux synthés, et rappelant clairement les travaux de Burton C Bell et du gros Dino (« The Coming Darkness »). Et bien que l’ensemble soit encore un peu fragile, le potentiel est bien là, et avec quelques années d’expérience en plus, le concept NUCLEAR WINTER pourra et devra devenir plus solide, et moins axé sur des systématismes de jeunesse et des influences trop marquées. On retiendra pour le moment une bonne compréhension du Death mélodique et de ses impératifs (guitares volubiles qui valsent entre riffs charnus et mélodies ténues), une utilisation très fine des couches vocales (la voix du monsieur n’est pas désagréable en clair comme en growls), mais une timidité de composition qui empêche les morceaux de vraiment décoller. On en oublie vite en tout cas que l’intérêt de départ se soit limité à une provenance géographique, et même si Night Shift n’est pas le genre d’album vers lequel on revient souvent pour en percer les secrets, il est bien plus qu’une note d’exotisme remarquée sur une page envahie par les habituelles références suédoises, allemandes ou américaines.           


Titres de l'album :

                           01. The Western Gate

                           02. Down Where We Belong

                           03. Blueshift

                           04. The God Without Shadows

                           05. Life Sick Hearts

                          06. Years Lent

                          07. Fragments of Grandeur

                          08. Third War

                          09. The Coming Darkness

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/04/2021 à 18:54
65 %    39

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45