Predatory

Scars

07/08/2020

Brutal Records

Avant même de commencer la chronique de cet album, c’est déjà le foutoir. Je me perds entre le line-up indiqué sur le site The Metal Archives et sur celui mentionné par les sites s’occupant du cas du groupe. Alors, une seule chose à faire, faire abstraction de ce détail pour parler musique et rester suffisamment vague sur les détails qui ne sont pas si importants que ça. SCARS nous vient de Sao-Paulo, ville historique dans l’histoire de l’extrême Metal, et les brésiliens font partie des plus anciens représentants Thrash du pays encore en activité, malgré un parcours erratique et plusieurs périodes de hiatus. Fondé en 1991, le groupe dans sa première incarnation n’aura eu le temps de ne publier qu’une démo, Ultimate Encore et son titre prophétique en 1994. S’ensuivirent quatre années de silence radio, avant une première séparation de six ans, un couvert remis sur une période indéterminée avec la publication d’un premier et unique LP, Devilgod Alliance, puis une nouvelle planque dans les bunkers de l’underground jusqu’à une reformation il y a deux ans, fêtée comme il se doit avec un live, deux simples et un EP (The V8 Sessions (Vol. 01)) cette même année 2020. 2020 est aussi la bonne année pour sortir un second longue-durée, qui justement en est un, et qui a trouvé le soutien d’un label américain (Brutal Records), pas peu fier de compter dans son écurie un si vieux et crédible poulain de l’histoire du Thrash. Car c’est bien de ça dont il s’agit, même si la musique des brésiliens s’accroche aux branches d’un groove Metal plus moderne pas totalement assumé, mais qui garantit une fluidité relative à un ensemble compact, et non exempt de nombreux défauts.

Comme le soulignait justement un estimable confère d’un webzine concurrent respecté, un LP de Thrash doit-il vraiment s’éterniser et proposer une heure d’assaut ininterrompu ? Doit-on se fader des compositions ambitieuses de plus de six ou sept minutes alors que justement le style réclame de l’immédiateté, et de la méchanceté compacte et efficace ? Telle est la question à laquelle répond sans le vouloir Predatory, qui en cinquante-cinq minutes répète peu ou prou les mêmes recettes sans vraiment changer l’accompagnement, et qui recycle des idées sur quasiment une heure, sans en vérifier la pertinence originale. Rien de grave dans le fond, alors que les références majeures du genre ont justement tendance à s’éterniser pour lâcher des disques à la durée déraisonnable mettant à mal leur inspiration éparse, et si les chansons des SCARS savent se montrer puissantes à l’occasion, la redondance condamne le projet à des itérations irritantes, qui parfois nous donnent le sentiment d’écouter la même piste ad nauseam. Premier problème, les riffs. Loin d’être mémorisables, ils donnent le sentiment de servir de prétexte à la débauche ambiante, et de gimmicks qui n’accrochent pas l’oreille. Or, on sait depuis « Strike of the Beast » ou « Angel of Death » qu’un riff mortel est l’essence même du Thrash et non une simple composante, ce qui a tendance à handicaper ce projet dès les premières secondes. Evidemment, tout n’est pas à rejeter en bloc sur Predatory, et un titre comme « Ancient Power » pourra satisfaire de sa méchanceté et de son tempo relevé tous les amateurs de nostalgie remise au goût du jour. Mais en enchaînant deux chapitres atteignant les treize minutes, le quintet a pris des risques inconsidérés, d’autant que les chansons en question n’ont pas la patine progressive indispensable pour fasciner les esthètes les plus portés sur la technique. Celle des brésiliens est simple, ruer dans les brancards, jouer la lourdeur, et parfois parvenir à trouver LA syncope qui fonctionne, comme celle qui introduit « Sad Darkness Of The Soul ».

Sauf que. Sauf que d’une, le chant très Hardcore et linéaire est vite insupportable. Avec ses inflexions monocordes, il peine à nous maintenir en éveil, comme si un brailleur NYHC se tapait le bœuf avec le SEPULTURA période post-Max, ce qui ne manque pas de créer un décalage plutôt gênant dans les faits. Sauf que d’autre part, les interventions sont trop longues, la plupart dépassant les cinq minutes, sans vraiment proposer assez de plans pour justifier le chronomètre. Alors, je le concède, parfois, le headbanging est provoqué de façon assez futée, sur « Ghostly Shadows » qui donne quand même méchamment la pèche, mais alourdi par une production standard qui ne permet pas au groupe de mettre son identité en valeur, Predatory sonne si générique qu’il ressemble à un bréviaire à l’usage des débutants Thrash désireux d’apprendre les rudiments du genre. On sent que le combo à les moyens de s’extirper de sa condition (« The 72 Faces Of God » est quand même bien velu et l’un des rares à s’accommoder de ce chant si particulier), mais en choisissant de multiplier les actes de violence dilués dans la durée, les SCARS se noient dans leur propre formalisme, malgré quelques soli bien troussés, des breaks classiques qui tombent pile, et quelques licks qui restent accrochés aux tympans. En résulte un album qu’on interrompt à plusieurs reprises pour ne pas rester en apnée, et dans lequel on n’a pas forcément envie de se replonger après avoir séché. En synthétisant leurs idées et en modérant leur enthousiasme lié à leur retour en force, les cinq brésiliens auraient gagné en cohérence, plutôt que de proposer un disque qu’on oublie assez rapidement pour cause de lassitude accentuée.

On peut être un vétéran de la scène et commettre des erreurs, essayer de faire du GRIP INC ou du WARBRINGER avec maladresse, et rater la cible pour cause d’ambitions un peu trop grandes par rapport à ses moyens. Mais ne tirons pas sur l’ambulance, et en expurgeant Predatory de ses nombreuses scories, on peut le ramener à un timing raisonnable de vingt-huit minutes acceptables. Soit la durée idéale pour un album de Thrash qui se respecte.                                                                        

                                                                                

Titres de l’album:

01. Predatory

02. These Bloody Days

03. Ancient Power

04. Sad Darkness Of The Soul

05. The Unsung Requiem

06. Ghostly Shadows

07. The 72 Faces Of God

08. Beyond The Valley Of Despair

09. Violent Show

10. Armageddon

11. Silent Force


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/04/2021 à 18:29
68 %    7

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45