Storm In Paradise

Tanna

28/08/2020

Aor Heaven

Alors que les suédois d’EUROPE étaient prisonniers du paradis dans les années 80, les finlandais de TANNA eux essuient une méchante tempête au même endroit, ce qui laisserait présager que cet espace mythique idyllique ne l’est pas tant que ça. Pourtant, les TANNA en ont déjà eu un aperçu, eux qui dans les années 80 ont mené une carrière confortable dans leur propre pays, se payant le luxe d’une tournée de plusieurs centaines de dates dont le fameux Coca Cola Tour. Car l’histoire de TANNA ne date pas d’hier mais bien des mid eighties, lorsque le combo sortait ses premiers albums, tous célébrés dans sa Finlande natale. Trois LPs parus presque coup sur coup, avec Unelmien Viidakossa en 1985, Live ! en 1986 et Onnensoturi en 1988, qui n’ont évidemment pas connu de rayonnement hors du pays mais qui restent des classiques Pop-Rock du froid encore de nos jours. Le sort du groupe est intimement lié à celui de son chanteur guitariste, Tapani Tikkanen, surnommé « Tanna », qui entre 1982 et 1984 officiait déjà au sein d’un ensemble professionnel, IC ROCK, avec deux albums au compteur. En 1984, le frontman décide de changer d’horizon, mais pas forcément d’orientation et fonde donc TANNA, qui restera debout quelques années, avant que Tapani une fois encore ne change son adresse musicale avec PRAYER, groupe responsable de trois albums, Wrong Address en 2005, Danger In The Dark en 2012 et Silent Soldiers en 2018. Tout ne marchait donc pas trop mal pour lui, mais pris d’un accès de nostalgie, le finlandais décida de reformer son groupe fétiche en 2019 pour continuer l’aventure, qui connait aujourd’hui un nouveau chapitre avec la sortie de ce Storm In Paradise.

Pour ceux connaissant les débuts du groupe, rien n’a vraiment changé en trente ans. On retrouve cette même propension à jouer avec la frontière séparant la Pop-Rock de l’AOR, ce qui pourra déstabiliser les fans de JOURNEY. Le finlandais est en effet fan d’harmonies douces, et même si la guitare est omniprésente (après tout, Tapani en joue aussi donc rien d’anormal), on retrouve cette ambiance chaleureuse si symptomatique des eighties, lorsque les néons de la nuit éclairaient un joueur de saxo illuminant les histoires d’amour impossibles. J’exagère un peu le cliché, mais il est certain que la musique de TANNA est d’une autre époque, et nous ramène des décennies en arrière, malgré un réel effort pour s’adapter à son époque en termes de standards de son. Et avec plus d’une heure de musique, Tapani n’a pas lésiné sur les efforts pour célébrer son retour en grandes pompes, mais à malheureusement pris un risque énorme qui ne s’avère pas totalement payant, et ce pour plusieurs raisons. La première est évidemment que l’album est trop long, et drivé par un mid tempo permanent qui ne permet pas de mettre les compositions en avant. Un sentiment de trop grande uniformité commence à nous rendre anxieux arrivé à mi-parcours, et on finit par se demander si la chanson qu’on est en train d’écouter n’est pas la même que celle que nous apprécions quelques minutes auparavant. Ensuite, le son de l’album est assez étrange, très étouffé, avec des graves qui peinent à s’imposer, et un chant qui ondule selon une trajectoire sinusoïdale. La voix de Tapani, agréable en début de parcours finit aussi par sonner un peu monocorde passée la première demi-heure, ce qui confère à l’ensemble une patine de bande originale de film estampillé eighties pas forcément agréable.

Néanmoins, entouré des bons musiciens (Jukka Ihme – guitare, Ville Hanhisuanto – batterie, Mika Pohjola – claviers et Jaakko Konttila – basse), Tapani Tikkanen peut laisser libre cours à son inspiration, qui retrouve l’essence de ses débuts. On se laisse facilement séduire par des tranches de vie comme le soft et velouté « On the Backstreets », qui rappelle le WHITESNAKE de « Is This Love » de sa rythmique souple et courbée, ou par l’euphorique et mutin « Like Kim Kardashian » qui de son solo harmonique d’intro évoque le soleil de la Finlande délocalisé en Californie. Toujours aussi à l’aise pour écrire des tubes calibrés, le finlandais recycle des recettes en vogue il y a quelques années, et retrouve les inflexions du Springsteen le plus radio friendly avec « Run like Hell Tonight », qui évoque aussi Henry Lee Summer ou Bryan Adams. Les tubes s’amoncèlent donc, qu’ils penchent plus du côté Rock que Pop (« Mysterious Fire » qui explose d’une humeur à la TOTO/SURVIVOR), où qu’ils rebondissent sur un tempo à la Michael Sembello (« Lonely Day »). Une grande qualité a donc été apportée à la composition, mais aussi aux arrangements, toujours précis et précieux, avec des claviers en appoint qui ne bouffent jamais l’agressivité de la guitare, et des nappes vocales en cascade de chœurs qui renforcent les chapitres les plus puissants et lyriques (« Old and Grey »).

De nombreux points positifs donc, et il convient d’aborder Storm In Paradise avec patience, pour mieux le découvrir par étapes, quitte à y revenir régulièrement pour découvrir ses chansons les plus élaborées. Certes, certaines auraient pu être laissées sur le carreau du studio tant elles ressemblent à d’autres plus inspirées, mais globalement, l’équilibre positif/négatif penche clairement du bon côté, et ce grâce à des titres plus profonds et moins faciles, comme ce final « Nights on the Road », nostalgique à souhait et à la basse rappelant Mike Porcaro. Pas vraiment Pop, tout juste Hard, mais totalement AOR, ce retour de TANNA ne mérite certes pas les gros titres des webzines, mais fera plaisir aux amateurs de mélodies soft et d’ambiances sensuelles et délicates. Une façon d’envisager l’AOR sous son angle le plus professionnel, et dommage pour cette production qui gâche un peu le plaisir.        

                                                                                               

Titres de l’album:

01. Storm in Paradise

02. Silhouettes

03. Run like Hell Tonight

04. Like Kim Kardashian

05. Hispaniola (Treasure Island)

06. This Town ain’t Big Enough

07. Mysterious Fire

08. On the Backstreets

09. Sharks in the Water

10. Lonely Day

11. Old and Grey

12. The Last Mile

13. Nights on the Road


Facebook officiel


par mortne2001 le 04/05/2021 à 18:27
78 %    16

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45