Summary Execution at Dawn

Oath Of Cruelty

01/12/2019

Dark Descent Records

« Tiens, si demain matin à l’aube tu ne fais rien, je te propose une exécution sommaire ! »

« Heu, oui…laisse-moi réfléchir…Sinon, café/croissants c’est sympa aussi… »

Evidemment, une telle proposition n’a rien de concret, mais se voit plutôt comme une métaphore. Une métaphore Ô combien plus sympathique qu’un flingage en règle à peine le soleil levé, impliquant un groupe qui effectivement ne fait pas dans la dentelle. Et l’anecdote amusante, c’est que ce premier album aurait très bien pu ne jamais voir la lumière du jour, puisque le groupe l’ayant enregistré existe depuis déjà dix ans sans nous avoir offert plus qu’un EP…il y a six ans. Les américains de OATH OF CRUELTY ne sont en effet pas des plus prolifiques, mais excusez leur nonchalance. Ils officient dans de si nombreux projets qu’on ne peut pas attendre d’eux une présence effective. Comme tous les acteurs de l’extrême se laissant guider par la passion, ces instrumentistes se partagent entre un nombre assez conséquent de combos underground, et en jetant un œil à leur CV on remarque des implications diverses au sein de BLASPHERIAN, CEMETARIAN, THY FEEBLE SAVIOUR, TERRORIST, P.L.F, ADUMUS, ainsi que des participations passées dans GATES OF ENOCH, ACALVARIA, CRUSHER, MORBOSIDAD, OWL WITCH, TERMINATION FORCE, GLEET, KRIME PAYS WHEN PIGS DIE, LIONEL HUTZ, NERVOUS WRECKTUM, RACE AGAINST TIME, WRATH OF BEOWULF ou IMPRECATION. Avec ça, pas évident de proposer autre chose que deux démos et un EP (Hellish Decimation) en une décade d’existence. Mais heureusement pour nous, ils se sont réveillés à l’aune de cette nouvelle décennie pour nous montrer de quel bois ils comptaient se chauffer. Et avec une chaleur pareille, m’est d’avis que 2020 risque d’être plus que torride en leur compagnie.

OATH OF CRUELTY c’est un peu l’apogée d’un Crossover. Le Crossover le plus difficile qui soit, celui qui consiste à trouver l’équilibre parfait entre Thrash et Death, en poussant l’agression à son maximum sans perdre en efficience ce que l’on gagne en puissance et bestialité. Les règles d’origine ayant été définies par des groupes comme INCUBUS, il convient de faire très attention, le style étant très pointu et exigeant. Mais dès «Pounding Hooves Of Shrapnel » le doute n’est plus permis : cet équilibre est patent, et ramène aux miracles récents des WARFECT, corsé d’une touche de brutalité totalement sud-américaine. Originaires de Houston, Texas, les membres du groupe font tout pour que la lune les entende en toutes circonstances. Et avec un barouf pareil, la communication ne risque pas d’être rompue. Rythmique à fond les ballons, chant geignard mais réellement véhément, riffs qui tournent rond mais pas en rond, et cadence déraisonnable pour fixer les objectifs dès le départ. Le compromis entre les deux genres et parfait, et les concessions inexistantes. On sait dès le départ et en moins de trois minutes que les lascars ne sont pas là pour faire de la figuration, mais pour nous défoncer le front. Le leur est bas, mais leur approche est des plus efficaces. Des thèmes simples poussés au maximum de leur efficacité, une production un peu sourde mais brutale, et une énergie ne se démentant pas pendant juste une demi-heure. La recette d’un massacre parfait, au petit matin comme au crépuscule. D’un niveau technique largement suffisant pour la pratique d’un tel art, le quatuor (Lycanthrope - basse, Matt Mayhem - batterie, Dave of Death - guitare/chant et D.Killer - guitare) avance sans se poser de question, prône la vélocité mais ne dédaigne pas la lourdeur, et nous assomme de ses enchaînements sans temps mort. « Stabbing Forth With Invincible Damnation » enfonce le clou encore plus profond dans l’œil, et snobe la vague actuelle de Blackened Death/Thrash qui commence à nous les briser. Ici, le son est purement Thrash, comme le prouve l’intro de « Through Alchemy And Killing », que SLAYER et SODOM auraient pu entonner de concert. Un peu mosh sur les bords, mais pas vulgaire, tel est donc le talent de ces tarés qui ne font que donner des pains en passant, l’air méchant, mais le sourire complice des mecs qui savent que le boulot est bien fait.

Nonobstant toutes ces remarques positives, ne vous attendez pas à du changement. Les morceaux sont tous à peu près construits sur le même moule, à quelques variantes près. Des BPM encore plus denses, des riffs plus nombreux, et surtout, des figures de style à la batterie qui empile les fills, les cassures, les reprises dantesques et les poussées atomiques. A ce titre, affirmons que Matt Mayhem est le poumon de cette centrale nucléaire, le cœur du réacteur, et qu’il emploie toute sa dextérité à catapulter des riffs concentriques en plein ciel. On reste assez admiratif face à cette débauche de violence qui ne supporte que peu de pauses, à l’occasion d’une intro, pour planter le décor, et il n’est pas rare de penser aux radicaux DEMOLITION HAMMER et autres MORBID SAINT, les premiers à avoir défriché le terrain en empêchant l’herbe de repousser. Modèles d’efficacité, chaque titre est une perfection dans la lubricité, et « Pathogenic Winds Of Swarm » de calmer un peu le jeu, sans le ralentir. C’est d’usage, traditionnel, mais dans un créneau aussi risqué, c’est aussi un modèle, une acmé, et l’intensité ne faiblissant jamais, on ressort de l’expérience lessivé. En combinant les licks accrocheurs des meilleurs attaquants Thrash aux réflexes conditionnés des attaquants Death, Summary Execution at Dawn est un tir de barrage tout sauf gratuit, qui ne rate aucune cible. Car les texans ont eu l’intelligence de jouer la concision, chaque titre ne durant jamais plus que la somme totale de ses idées. Malgré des recherches d’ambiances et d’atmosphères, le plus important est de frapper très fort et très vite, avec de temps à autres des temporisations Heavy (« At The Tyrant's Behest »), pas moins efficaces et qui ont le mérite de varier les plaisirs.

OATH OF CRUELTY prête allégeance, et reprend même à son compte un vieux tube des monstrueux MERCILESS, « Denied Birth », lui faisant honneur de leur respect et de leur traitement sans compromis. C’est d’ailleurs une appropriation qui a parfaitement sa place dans la méchanceté ambiante, et au moment de refermer les portes au petit matin, le bilan est lourd. Des victimes, du sang, des tripes, mais le tout exécuté très proprement, avec le professionnalisme des vrais tueurs. Un album faussement simple, mais réellement efficace dans l’excès.                                  


Titres de l’album :

                          01. Pounding Hooves Of Shrapnel

                          02. Stabbing Forth With Invincible Damnation

                          03. Through Alchemy And Killing

                          04. Pathogenic Winds Of Swarm

                          05. Into The Chamber Of Death

                          06. At The Tyrant's Behest

                          07. Victory Rites Of Exsanguination

                          08. Denied Birth (MERCILESS Cover)

                          09. Summary Execution At Dawn

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/05/2021 à 14:30
82 %    16

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45