Unchain the Night

Thunderslave

10/08/2020

Autoproduction

A la base, vous auriez dû voir en en-tête de cette chronique la marque du label grec No Remorse. En effet, la célèbre et puriste maison de disques hellène avait déjà pressé les exemplaires de ce premier album, lancé sa campagne promo, envoyé des supports à la presse, avant de publier un communiqué de presse annonçant la fin brutale de son partenariat avec les mexicains de THUNDERSLAVE. A l’origine de cette séparation, un aveu sibyllin d’un des musiciens du groupe, qui avouait à sa maison de disques avoir fait « quelque chose » en étant fin saoul, et avoir « cassé quelque chose ». Rien de condamnable en soi, le livre rock n’roll étant rempli d’anecdotes de chambres d’hôtel saccagées, de backstages ruinés, et autres petites fantaisies de musiciens se croyant terriblement amusants en détruisant tout sur leur passage. Keith Moon est passé par là, les mecs de LED ZEP n’étant jamais les derniers à s’amuser, sans parler de MÖTLEY, Ozzy, et une liste non exhaustive de petits malins plus fins que la décence et la politesse. Alors, qu’est ce qui a bien pu pousser les grecs à recommander aux journalistes de « détruire les CDs reçus », et à bien préciser qu’ils ne veulent plus rien avoir à faire avec les mexicains ? Tout simplement une excellente raison, puisque un ou plusieurs membres de THUNDERSLAVE se sont « amusés » à passer les grilles du Santa María Pantheon, cimetière d’Apodaca, pour y détruire des tombes, des mausolées, et des croix. De là découle un sentiment de pitié incroyable pour ces abrutis qui n’ont même pas eu le génie malsain norvégien de foutre le feu à une église, et qui ont essayé de coller d’un peu trop près à l’éthique « Metal », telle qu’elle est prônée par les QI les plus bas de leur fanbase cloutée…

Avec cet élément en main, le chroniqueur fait face à un cas de conscience. Doit-il s’acquitter de sa tâche et écrire quand même cette chronique déjà entamée avant de connaître cet état de fait, ou tout simplement laisser tomber et laisser mariner ces trous du cul dans leur jus de merde ? J’ai décidé d’écrire quand même sur ce premier album, pour une simple et bonne raison. Pour pointer du doigt l’écart entre le talent des musiciens et leur intelligence toute relative, et dire à quel point cette abomination est un gâchis sans nom, tant les originaires de Monterrey avaient un avenir artistique fabuleux devant eux, en proposant une nouvelle tranche de nostalgie. Nouvelle tranche certes, mais l’une des plus crédibles de la vague old-school, avec un premier LP sauvage, indomptable, particulier, unique en son genre, et rappelant les meilleurs représentants du genre. Fondé en 2015, le combo a d’abord publié un premier EP éponyme en 2017, avant de sortir en autoproduction cet Unchain the Night, qui avait fini par trouver un label preneur avant de retomber dans l’ombre pour les raisons déjà exposées. Clairement recommandé aux fans d’ENFORCER, SEVEN SISTERS, TOKYO BLADE, HIGH SPIRITS de la part d’un de leurs distributeurs (qui lui aussi retirera sans doute ses billes), mais aussi aux accros de TANK, GRAVESTONE, EXCITER et IRON MAIDEN, Unchain the Night avait toutes les armes pour séduire un public avide de sonorités d’époque, la production de l’album évoquant avec une acuité parfaite les approximations de son des années 80, avec cette batterie enterrée dans le mix, cette basse méchamment proéminente, et cette guitare tranchante aux soli efficaces.

Mais l’argument principal de THUNDERSLAVE, sa force mais aussi son talon d’Achille pour les détracteurs, c’est bien la voix de Carlos Wild, guitariste/chanteur complètement possédé. Constamment perché dans des aigus surhumains, distillant des lignes vocales perceptibles uniquement par les chiens, le frontman est de cette caste d’interprètes qui ne peuvent laisser indifférents, ce que nos collègues d’Angry Metal Guy n’ont pas manqué de souligner, avec beaucoup de sarcasme d’ailleurs. Je suis personnellement complètement fan de ce style de chant désinhibé, qui rappelle les excès vocaux les plus décomplexés des années 80, dont Paul Baloff et Berti Majdan étaient sans doute les illustrations les plus parfaites. Et ce chant justement s’accordait parfaitement de l’orientation Speed Metal de ce premier effort, se rapprochant du meilleur d’EXCITER et de Dan Beehler, sans pour autant trop s’éloigner d’IRON MAIDEN ou ACCEPT. Capables de combiner le meilleur des années Speed avec la crème de la saga Metal, en faisant preuve d’autant de sauvagerie que de finesse, les THUNDERSLAVE nous proposaient donc l’un des meilleurs albums revival du cru, citant la vierge de fer (« Still on Time »), ACCEPT et SCORPIONS (« Heavy Metal Master »), la NWOBHM et PRETTY MAIDS (« Black Thunder »), et alternant avec flair les tempi pour ne pas se contenter d’une approche trop linéaire et trop fougueuse. Bien évidemment, ce qu’on retient de ce premier album est sa sauvagerie brute mais mélodique, et sa vélocité nous baignant dans la chaleur de la fournaise Heavy Speed des années 83/84, avec des pics d’intensité sur le terrible « Wicked Night », la constante féroce de « Maniac » qui rappelle d’ailleurs légèrement le groupe du même nom. Mais globalement, et bien que frappé du sceau Speed, Unchain the Night est plus à considérer comme un fabuleux album de Heavy Metal passéiste que comme une œuvre hommage au Speed le plus affolé.

Avec des musiciens connaissant parfaitement leur boulot, un soliste lâchant des phrasés incroyables, une ambiance prenante n’évitant pas l’émotion brute (« Warriors of the Night »), ce premier LP était promis à un avenir radieux entre les mains des passionnés les plus vintage, et laissait augurer d’une carrière underground des plus fameuses. Mais le comportement inacceptable des musiciens en a décidé autrement, et il y a fort à parier que le groupe ne se remette jamais de ce scandale impardonnable. Vous avez maintenant toutes les informations en main pour savoir si oui ou non THUNDERSLAVE mérite votre attention, et je tiens à préciser que la note attribuée à cet album n’est basée que sur sa musique et ne prend pas en compte l’attitude des profanateurs que la prison attend patiemment. Sinon, j’aurais dû descendre à des températures de jugement bien au-dessous du zéro.                                   

                             

Titres de l’album:

01. Lightning Strikes

02. Still on Time

03. Wicked Night

04. Maniac

05. Heavy Metal Master

06. Inner Voices

07. Lucifer Morning Star

08. Black Thunder

09. Laying Down Your Life

10. Warriors of the Night



par mortne2001 le 12/04/2021 à 16:11
85 %    13

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45