Unyielding/Unseeing

Silver Knife

19/08/2020

Amor Fati Productions

Premier LP d’un projet cosmopolite, qui trouve ses racines en France, en Belgique, et aux Pays-Bas, Unyielding/Unseeing est une solide affaire de Black Metal pluriel, et aussi sauvage que mélodique. Formé par des habitués de la scène extrême, et déjà parties-prenantes dans des ensembles tels que CULT OF ERINYES, HYPOTHERMIA, LASTER et NUSQUAMA, SILVER KNIFE est en quelque sorte le nouveau supergroupe de l’extrême, mais qui sait ne pas uniquement se reposer sur des acquis. Promu par le label allemand Amor Fati, ce premier album est donc un petit évènement à lui seul, qui annonce un gros remous dans l’underground bestial européen. Factuellement bruyant et véloce, mais implicitement harmonique et délicieusement mélancolique, Unyielding/Unseeing n’est donc pas qu’une simple affaire de méchanceté gratuite et de violence de complaisance, et se pose comme œuvre complexe, de celles qu’on retrouve chez les Acteurs de l’Ombre en France, et qui mélangent avec flair BM traditionnel, Post Metal opportuniste, et sauvagerie maîtrisée, pour un résultat qui comble les attentes les plus folles quant à cette réunion. Pas ou très peu d’informations à se mettre sous la dent, la bio proposée par le label étant aussi fournie que celle du groupe sur sa page Facebook, de simples initiales pour baptiser les musiciens, et une aura de mystère qui nimbe ce projet dans les limbes de l’inconnu, ne faisant qu’accentuer la curiosité des auditeurs éventuels avides de projets obscurs refusant la facilité de la dénomination ou d’un concept putassier et commercial à outrance. Et la seule chose pouvant vous en dire plus et vous mettre sur une voie quelconque est cette musique terrifiante, froide comme la nuit, et pourtant d’une richesse mélodique incroyable renvoyant quelque part au meilleur du BM norvégien, et aux grandes heures simplifiées d’EMPEROR.

Six morceaux seulement pour quarante minutes de musique, les musiciens n’ont pas lésiné sur l’ambition, et l’œuvre revêt alors un caractère progressif qui envoutera les plus exigeants. Doté d’une production gigantesque transformant les instruments en interventions diaboliques dans une cathédrale abandonnée, Unyielding/Unseeing est un manifeste de brutalité précise et tout sauf clinique. Il y a beaucoup de feeling là-dedans, de l’humanité au travers de ces mélodies héritées d’un Heavy Metal classique et d’un Classique joué avec bestialité, et un morceau aussi véhément que « This Numinous Loom » valide la démarche en un peu moins de huit minutes. Avec un chant écorché au maximum et légèrement enterré dans le mix, des cassures harmoniques soudaines qui apportent un peu d’air dans la claustrophobie ambiante, et des progressions redoutablement bien construites, ce premier LP fait montre d’une maîtrise incroyable, et ressemble à un haut-fait d’un groupe déjà longuement rodé à l’exercice. Bien évidemment, rien de vraiment neuf dans ce déferlement de violence instrumentale, qui valse entre BM et Post BM, sans vraiment choisir son camp ni s’embarrasser de principes de catégorisation. On reste cependant admiratif face à cette débauche de moyens instrumentaux, et cette guitare aux motifs versatiles se pose en conteuse de l’extrême, refusant le jeu du riff unique et trop facile que les accros au Black le plus formel louent encore trente ans après son intronisation en règle suprême. Si l’ensemble à des airs de cohésion totale, les titres possèdent quand même une griffe très personnelle, qui s’incarne dans des breaks tout sauf convenus, des accélérations étouffantes, et surtout, une atmosphère mortifère parfaitement délicieuse au parfum d’apocalypse musicale programmée de longue date. Ainsi, « Silver/Red » instaure une tension évolutive débouchant sur une transition presque dissonante rappelant les grandes heures du BM symphonique, sans tomber dans les travers de grandiloquence. Pourtant, cet album EST grandiloquent, mais avec une certaine humilité, qui s’incarne dans des harmonies simples distillées comme des pauses salvatrices au milieu de ce magma sonore.

L’album s’apparente d’ailleurs à une coulée de lave qui avance impitoyablement. Sorte de blockbuster extrême qui échappe aux poncifs les plus éculés, Unyielding/Unseeing propose d’autres pistes que celles suivies sans relâche par les musiciens les plus rompus à l’exercice de la noblesse, et ose même des inserts totalement Rock comme ce surprenant « Unseeing » qui sonne comme une évasion Post-Rock dans un monde de véhémence bestiale ingérable. Et en bons bâtisseurs d’églises en tours de Babel, les membres de SILVER KNIFE attendent la fin du métrage pour lâcher leurs deux compositions les plus amples et cruelles, offrant une conclusion de plus de seize minutes proportionnelle aux arguments déjà avancés. Les moins habitués à l’écoute d’albums de ce genre déploreront sans doute une linéarité de surface, mais les esthètes de l’ouverture reconnaitront le talent d’instrumentistes et de compositeurs de cette association internationale, en tombant sur ces fameux glissements plus apaisées qui permettent aux morceaux de respirer au-dessus de la surface et ainsi éviter la noyade d’informations. « Sundown » en clôture est d’ailleurs un modèle du genre, et le moule parfait pour comprendre la fabrication de ces hymnes de transition entre le BM norvégien le plus implacable et le Post BM européen le moins facile. Je reconnais que toute l’affaire intrigue, et j’espère que le projet ne sera pas qu’un one-shot en forme d’accident heureux, et que l’aventure connaîtra d’autres lendemains. Il serait dommage de s’arrêter-là, même si ce premier LP n’est pas exempt d’automatismes encore un peu flagrants. Car on sent que SILVER KNIFE a de quoi bousculer les certitudes BM les plus contemporaines et ancrées dans le formalisme, et peut se poser en lien entre le passé et l’avenir d’une musique qui n’a certainement pas dit son dernier mot, loin de là.          

                             

Titres de l’album:

                      01. Unyielding

                      02. This Numinous Loom

                      03. Silver/Red

                      04. Unseeing

                      05. Conjuring Traces

                      06. Sundown

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/04/2021 à 19:41
70 %    11

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45