Dead can Dance 2013

Dead Can Dance

Arènes De Nîmes, Nîmes (France)

du 29/06/2013 au 29/06/2013

Rares sont les retours réussis après de longues absences. Dead Can Dance ayant décidé au long des années de se reformer pour quelques concerts, puis de refaire un album aussi finalement quand Brendan Perry y consentit, et même de faire une tournée de promotion de celui-ci, la pression s'accumulait à mesure que les étapes de cette renaissance étaient lentement franchies avec succès.


Mais la déception ne fut pas au rendez-vous quand arriva le concert qui promettait d'être grandiose dans un cadre pareil.

Coincé entre Johnny et Christophe Maé dans la programmation, le passage de Dead Can Dance à Nîmes a finalement affiché complet, ce qui ne signifiait pas que les arènes étaient pleines mais seulement  la configuration choisie. Évidemment le public dépassait nettement les trente-cinq ans de moyenne, il y avait des looks travaillés, et ce fut aussi l'occasion de certaines retrouvailles assez inattendues. Le ciel était bouché et le temps frais, mais ce temps marin ne dégénère  que rarement en vraie pluie par chez nous. Pour moi c'était la fin d'une ancienne malédiction, ce que je surnomme "le syndrome Slayer", ces groupes qu'on écoute depuis longtemps et qu'on n'arrive jamais à voir d'une occasion sur l'autre. Cela faisait aussi quelques années que je n'étais pas revenu aux arènes pour la musique.


Un bref mot pour la première partie, un homme seul que je crois être l'un des instrumentistes de DCD, qui a enchaîné quelques titres acoustiques en utilisant à chaque fois un seul instrument exotique… C'était d'un intérêt très limité, mais sur la place des Halles on lui aurait peut-être donné une pièce. Au moins l'avantage de ces concerts assis auquel un métalleux n'est pas habitué, c'est que ces longueurs passent moins péniblement. On pouvait par exemple s'étonner que la tête d'affiche allait utiliser un set de batterie classique déjà installé derrière.


L'assistance s'impatientait à l'approche de 21 h 30 quand on vit enfin DEAD CAN DANCE sortir du toril, Lisa et son manteau à traîne se détachant de loin, la protestation devenant aussitôt acclamation…

Après un "Children of the Sun" au son un peu trop fort, le set fut très axé sur le dernier album, comme on s'y attendait. Ça me convenait très bien, mais je peux comprendre que d'autres en soient repartis frustrés.

Accompagnés de cinq instrumentistes, Brendan Perry et Lisa Gerrard alternent les vocaux. Et il faut reconnaître que Lisa est réellement captivante, sur scène des titres bien connus retrouvent leur dimension envoûtante de première fraîcheur. "Sanvean", par exemple, se réaffirme dans une certaine sobriété comme un titre absolument époustouflant. Pourtant elle attaque moins qu'avant, ce qui se ressent bien sur de grands classiques comme "Cantara" légèrement réécrit dès l'intro, de manière à éviter quelques notes trop difficiles.

Tous les titres anciens sont parfaitement maîtrisés même si Perry a tiqué sur un pain minime au début d'un "The Host of Seraphim" recueilli. La reprise de "Song to the Siren" n'était pas interprétée au top par les accompagnants. Lisa Gerrard est toujours férue de sa harpe chinoise, Perry utilise souvent des cordes ou un tambour tout en chantant. Il est touchant à regarder écouter sa partenaire chanter seule par moments.

J'ai décollé presque à chaque morceau, même un titre récent comme "Opium" m'a hérissé les poils d'émotion. Et encore ce n'était rien par rapport à quelques graves fanatiques. Tout le monde a pu voir la femme à la banderole qui s'est avancée entre les chaises de la piste, mais il y a eu aussi un exalté plus bas devant moi qui était debout et s'agitait sur les premiers titres… et que nous avons revu à la fin dehors sur le parvis affalé par terre dans son vomi !

Brendan Perry a assuré la communication avec son peu de français, notamment pour introduire la reprise de ce morceau Grec qu'ils font depuis la présente reformation. Cette chanson lui permet de faire une envolée vocale finale inhabituelle pour lui, qu'il gère avec plus de peine que sa comparse mais qui fait son effet chez les fidèles surpris par cet écart.

Le jeu d'éclairages s'est progressivement enrichi à mesure du set, donnant quelques très beaux effets sur le rappel. Mais ils auraient été mieux servis avec un mur au fond de la scène plutôt que de les laisser se perdre dans les gradins vides au-dessus du toril. Mais ce cadre, même en le connaissant bien, est exceptionnel pour ce style d'affiches. Le répertoire de DCD fait voyager, mais s'embellit encore mieux dans cette ruine et vous emmène soit dans un pays lointain soit dans la Terre du Milieu selon vos préférences…

À la fin, malgré la nuit tombée, on n'avait guère l'impression d'y avoir passé 1 heure 40. Après avoir pris un verre au Trois Maures comme en feria pour atterrir et debriefer entre amis, il était clair que nous avions passés un beau moment d'enchantement.

Il y avait un petit peu de merch', des t-shirts essentiellement, mais je ne suis pas allé voir.



Children of the Sun / Agape / Rakim / Kiko / Amnesia / Sanvean / Black Sun / Nierika / Opium / The Host of Seraphim / Ime Prezakias /Cantara /All in Good Time

Rappel : The Ubiquitous Mr. Lovegrove / Dreams Made Flesh (This Mortal Coil) / Song to the Siren (Tim Buckley cover) / Return of the She-King



par RBD le 15/08/2020 à 12:00
   159

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@93.4.16.166
21/08/2020, 19:20:16
A ce concert, c'est vrai que, à l'image d'un Rammstein, DCD avait choisi de mettre en avant son dernier album. Faisant partie des fans des premiers disques, j'en étais ressorti un peu frustré, voulant avant tout écouter ces joyaux ayant bercé mes jeunes années dans ce cadre complètement adapté à la musique du duo. Un super moment malgré cela.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45