Dead Body Obsession

Liquid Viscera

21/08/2019

No Bread Records

Vous souvenez-vous de votre première impression en découvrant Reek of Putrefaction de CARCASS ? Oui, je m’en doute, cet album ayant suffisamment marqué toute une génération de tarés fans de bruit et de sévices corporels. On peut sans se tromper affirmer que le groupe anglais a marqué de son empreinte l’extrême de l’époque et des générations suivantes, et il ne se passe pas une semaine sans qu’un autre groupe ne leur rende hommage, en singeant le moindre détail de leur carrière initiale. Aucune surprise donc en découvrant le tracklisting de ce premier album des texans de LIQUID VISCERA, qui de son baptême à ses morceaux semble s’obstiner à faire revivre les débuts de la scène Gore Grind made in UK, traduite dans un idiome totalement américain. Le type même d’album au sujet duquel il n’y a pas grand-chose à dire, puisqu’on en connaît les tenants et aboutissants au bout de quelques secondes, mais qui réserve quand même une poignée de surprises remplies de groove qui dégouline le long des sinus nécrosés. Inspiré par des institutions comme CARCASS, REGURGITATE, ou HAEMORRHAGE, LIQUID VISCERA est une sorte d’archétype dans la nostalgie ambiante, et ses deux membres (Ryan – chant/guitare/basse et Shane – batterie) ne s’embarrassent donc pas de principes et louchent du côté de l’Angleterre de Bill Steer et Jeff Walker, celle des deux premiers LP dont ils reproduisent les formules en les teintant de finesse typiquement US, tirant plus sur le Death traditionnel. Inutile donc de vous attendre à un dégueulis ininterrompu capté dans les chiottes d’un bar louche pour satisfaire les instincts déviants de pervers du Noise, puisque la musique des deux lascars est agencée, intelligente, et surtout terriblement efficace, ce qui n’est pas le moindre des avantages dans le genre.

Loin de se contenter de blaster comme des malades sur des riffs à rendre verts de jalousie les deux psychopathes de MORTICIAN, puisque les texans s’évertuent à garder une certaine forme de musicalité qui s’illustre au travers de riffs très efficaces, morbides évidemment, mais étonnamment catchy. Là est donc le point fort de cette première réalisation en longue-durée, qui avec ses quinze morceaux et vingt-quatre minutes nous développe de beaux arguments glauques et poisseux, à l’image de cette entame sans ambages. « Wounds Filled With Larvae » entérine donc le principe de l’alternance entre riffs lourds et emphatiques et soudaines crises de colère de rapidité, et pioche dans le répertoire classique de quoi dégobiller, mais avec politesse et tout dans la cuvette. Enregistré, mixé et masterisé par Mike G, ce premier LP dispose d’une production clean qui ne pousse pas tous les graves en avant, et qui garde une patine légèrement Hardcore dans son Metal de la mort. Bien sûr, la diversité reste raisonnable, et avec des titres ne dépassant que très rarement la minute, il est impossible d’espérer des modulations marquées, mais certains passages, plus mid tempo et accrocheurs permettent justement de s’accrocher sans faire d’effort, ancrant le duo dans une tradition Death/Grind de la fin des années 80 refusant encore les facilités de la technologie. C’est donc très analogique, et jouissif, puisque les titres disposent tous d’une idée porteuse, ou d’un plan de guitare un peu filou, nous agrémentant le quotidien de quelque sifflantes et arrangements vocaux un peu plus originaux que la moyenne.

On apprécie évidemment tout le barnum traditionnel, mais quand les deux bougres ralentissent le tempo au détour d’une intro ou d’un break, la puissance qu’ils dégagent est manifeste, et surtout, délicieuse (« Mortuary Perversions »). Bien loin des renards lâchés en loucedé par les CARCASS et leurs obsessions pathologiques, Dead Body Obsession est un disque digne d’intérêt, qui trouve toujours le moyen de choper votre attention par les burnes sur les premières secondes, pour mieux les écraser ensuite et admirer le jus couler le long de vos cuisses (« Corpse Molestation »). Il est assez plaisant de remarquer que des musiciens, au-delà de leurs morceaux qui annoncent la couleur sang/morgue se creusent un peu le cerveau pour trouver des idées séduisantes, et si la dualité vocale suit à la lettre la complémentarité rauque/growls, Ryan est plus qu’efficace dans son rôle de leader, assurant les parties rythmiques et le chant grognon avec une efficience probante. De son côté, Shane tient le beat, trouve toujours la bonne assise, n’accélère pas juste pour le plaisir, et lorsque les deux compères tombent en osmose, ils parviennent à rendre la mort encore plus Mosh (« Bloated Corpses »). Trois titres seulement passent la barre des deux minutes, à une poignée de secondes près, mais ne proposent pas plus que les inserts plus courts et nous évitent des redites rallongées et pénibles. Pas de blague de pathologiste chafouin qui pète près d’un cadavre et trouve ça marrant, pas de morceau qui cherche à faire la nique à « Dead » ou « You Suffer », pas d’esprit potache à la ANAL CUNT, juste un Death/Grind vraiment alléchant, dont les plaies purulent mais n’infectent pas les tympans. En gros, une version plus clean de Reek of Putrefaction, et une façon de réactualiser les méthodes d’embaumement et les us et coutumes de la nécrophilie musicale. A deux, c’est toujours mieux, mais à trois avec un macchabé, les possibilités sont décuplées.      

               

Titres de l'album :

                       1.Wounds Filled With Larvae

                       2.Sepsis

                       3.Mortuary Perversions

                       4.Corpse Molestation

                       5.Bloated Corpses

                       6.Intestines

                       7.Murder Fiend

                       8.Spewing Blood

                       9.Swarmed With Maggots

                       10.Knife Wounds

                       11.Buried Bodies

                       12.Charred Corpses

                       13.Eviscerated

                       14.Dismemberment

                       15.Never Found

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/05/2021 à 14:00
75 %    11

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45