Opeth 2006

Opeth

Rockstore, Montpellier (France)

du 13/12/2006 au 13/12/2006

Il y a des groupes que l'on est content d'avoir vu à l'époque où ils évoluaient dans un autre style. Opeth est un bon cas. Avant qu'elle ne verse dans le pur Rock progressif, l'affaire de Mikael Akerfeldt avait bâti une bonne base de fans et une réputation live assez définie avec son humour particulier, ses sets longs remontant jusqu'au premier passé et ses interprétations précises. Si j'accroche peu au style actuel du groupe, je suis heureux d'en avoir bien profité lorsqu'il avait un profil plus extrême et je vous ressers ici ma deuxième rencontre. Le groupe de première partie a tracé sa petite carrière par la suite dans son style propre.

Ce bon vieux Rockstore était très rempli par un public assez divers malgré une nette majorité de chevelus, pas mal de gens étaient venus de loin. Je vous fais grâce des rencontres improbables.


AMPLIFIER a attaqué bien à l'heure, ce trio proposant un Stoner propre évoquant les grands espaces, très apparenté à Kyuss voire Soundgarden sur certains passages j'ai trouvé. Ils avaient un excellent son et ont tenté quelques envolées. Ça passait très bien en première partie ou en fond, mais j'ai ressenti de fréquentes longueurs. Le style accepte volontiers des titres longs avec des passages instrumentaux délayés, mais là où les maîtres savent toujours maintenir l'attention ça frisait l'ennui par moments faute de renouvellement des riffs. Le changement de guitare entre chaque titre n'y a rien fait. Le chanteur a fait un petit sketch à la Akerfeldt avant le dernier morceau.


La ressemblance de la setlist avec l'année dernière, et le fait qu'ils soient quand même plus studio que scène faisaient que depuis quelques jours j'avais peur de m'ennuyer pour de bon avec OPETH, alors que j'aime le groupe. Que nenni ! Dès l'intro l'assistance a fait sentir qu'elle était chaude et cela a été sans doute déterminant. Les cinq musiciens se sont bien envoyés, rappelant qu'il s'agissait quand même de Death Metal. Le jeu tonique du batteur remplaçant aussi a apporté une certaine énergie. Le pogo est vite parti et s'est parfois poursuivi sur des passages pas évidents pour cela, le pauvre Padre qui avait voulu se mettre devant en sait quelque chose. Pas la peine de vous rapporter la setlist donc, mais j'ai particulièrement apprécié l'enchaînement "When" + "Bleak" (cette montée vers la fin…), "The Night and the Silent Water" en intégrale, discrètement relookée avec quelques nappes de synthé. "The Grand Conjuration", jouée avec une gratte sur laquelle Mikaël fit tout un laïus, a bénéficié d'une interprétation bien burnée, assez inattendue. "Blackwater Park" aussi a bien rendu… C'est certain que les finesses du travail en studio ne peuvent pas toutes être restituées sur scène, toutefois la variation de la performance vocale reste rare. D'autre part le son Live plus lourd sur les rythmiques convenait bien. Il prenait à contre-pied l'habitude du son bien léché des albums pour gagner en puissance à défaut de pouvoir tout conserver en subtilité. Il est quand même dommage que les solis de Peter Lindgren soient restés peu audibles dans la masse. 

Et que serait Opeth sans l'humour spécial de son meneur ? D'entrée, il nous raconte qu'ils se sont baladés en ville en quête d'un sex-shop, mais comme ils n'ont rien trouvé ils sont revenus écouter du Whitesnake ! D'humeur pédagogue, il nous a enseigné la différence entre "merci" et "merci beaucoup", quelques notions de guitare, l'importance de Skid Row dans l'Histoire du Rock. Quant aux morceaux, il a lancé "The Drapery Falls" dont les premiers couplets furent repris en chœur par les premiers rangs… avant de l'interrompre car elle était hors programme ("Fuck this song !"). Le décalage de cette attitude avec un répertoire aussi exigeant est toujours étonnant. En présentant "Windowpane" ceux qui n'aimeraient pas étaient invités par le père Akerfeldt à aller boire un verre de vin au bar, et en vérité sa musique fut capiteuse à souhait ce soir. Opeth s'est montré charnu et puissant, et au moment où s'annonce une pause on est heureux de garder le souvenir d'un groupe qui s'écoute aussi avec les cervicales et pas seulement les fesses calées dans un canapé les oreilles grandes ouvertes. "Deliverance" en rappel et dispersion. La soirée se prolongea un peu plus loin autour de quelques verres de bière brune d'une abbaye allemande…


par RBD le 29/08/2020 à 19:00
   185

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jefflonger
@92.184.102.193
02/09/2020, 11:46:39
C'est un réel plaisir de se replonger dans ce concert via ton report. Un concert magnifique et une aisance de Akerfeldt étonnante. J'avais bien apprécié Amplifier également.
J'ai revu bien plus tard Opeth dans cette même salle et quelle déception, heureusement le bar nous a consolé.

RBD
membre enregistré
02/09/2020, 12:13:23
Merci. J'étais aussi à ce second passage d'Opeth au Rockstore en 2011, sur la tournée de promotion d'"Heritage". On y sentait bien que la nouvelle direction prise était sans retour. C'est la dernière fois que je les ai vus, et j'ai préféré ressortir un souvenir de la période avant (les ayant vus en ces temps bénis d'autres fois à Toulouse aussi).

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45