Screams From The Cage

Rat Cage

10/04/2020

La Vida Es Un Mus Discos

Punk Hardcore, Sheffield, UK. Voilà, tout ou presque est dit, d’autant plus que le groupe en question n’est pas vraiment disert en confessions. Pas de page Facebook, pas de site officiel, juste un Bandcamp qui témoigne plus ou moins de l’activité artistique, un label national qui reprend la courte description de l’album in extenso, pas de quoi se faire les dents ou en savoir un peu plus. RAT CAGE semble donc un secret bien gardé de l’underground Punk anglais, le genre qu’on se refile sous le manteau à la sortie d’un club, avec quelques flyers bien triés et lettrés. Visiblement, et si j’ai bien compris le concept, RAT CAGE serait en fait le fruit de l’imagination musicale d’un seul homme, B. Suddaby, soutenu pour l’occasion par des interventions en guitare solo par George Wright et James Fidler, et par quelques chœurs prodigués par Warren Lovett et Henry Gumpson. On retrouve à la production de cet EP/12’’ James Fidler ayant œuvré au Harvest Studio de Sheffield, au mixage James Atkinson triturant les boutons du The Stationhouse Studio de Leeds, mais surtout un mastering peaufiné par l’increvable Brad Boatright à l’Audiosiege. L’homme n’étant pas du genre à perdre son temps pour des clampins lambda, Screams From The Cage méritait donc une attention particulière, et c’est avec plaisir que j’ai découvert un Hardcore joué fast, mélangeant plusieurs écoles de rage pour accoucher d’un travail de pro, rapide comme il faut, mais conséquent, et truffé de riffs traditionnels comme une bière qui menace de laisser couler sa mousse. Mais ne vous inquiétez pas, il n’est pas question ici de Punk joué bas du front après un match de foot, mais bien de Hardcore purement anglais dans le fond, avec toujours en filigrane cette obsession pour la scène Crust de l’orée des années 80 et les enseignements séminaux de CRASS et DISCHARGE.

Du Hardcore joué Crust donc, légèrement suédois sur les bords, et délibérément ancré dans les années 80. Doté d’un son parfait, cette nouvelle étape dans la carrière de B. Suddaby poursuit le travail de conservation déjà entamé sur les précédentes réalisations (Caged Like Rats en 2017, Blood on your Boots en 2018, Night Of The Rat b/w Generation Numb la même année, un split avec ULTRARAT encore en 2018, ainsi qu’une compilation en 2019, Total Vermin Tape), et prône encore des valeurs en vogue il y a quelques décennies. Loin de se contenter d’une grosse charge à la suédoise, le musicien anglais ose évoquer tous les aspects du style qu’il pratique, ne négligeant pas le côté Rock N’Roll du Hardcore qu’on déguste ici torride et terriblement accrocheur. Ainsi, le hit improbable « Cold Furnace » nous permet de pogoter comme des ânes, avec ses guitares certes joyeuses, mais aux motifs aussi sombres que notre avenir en ce moment. La vitesse donc, mais pas pour le plaisir, pour la puissance et l’énergie, une assise solide et une connaissance approfondie de l’histoire du Punk/Hardcore. Le label anglais de ce groupe anglais n’hésite d’ailleurs pas à lâcher quelques comparaisons, évoquant au gré de la bio même du groupe (qu’il reproduit donc, sans trop se mouiller) les noms plus ou moins connus de MISSBRUKARNA, NO FUTURE, THE PARTISANS ou les SKITKIDS, ce qui permettra au néophyte de se recaler un peu les oreilles avant d’apprécier cette tranche de vie sans artifices, mais sans crête sur la tête. Pas question de clichés ici, et si l’ambiance générale évoque avec bonheur une fusion entre le Core suédois le plus incorruptible et certaines exactions US de YOUTH OF TODAY ou AGNOSTIC FRONT, l’identité propre du musicien impliqué ne fait aucun doute.

Le mec est hargneux, et a parfaitement compris les tenants et aboutissants d’une musique immédiate et épidermique. Sans provoquer les puristes, il ne cherche qu’à recycler d’anciennes recettes en les remettant au goût d’un jour puissant, évite avec panache les pièges du groove, et métallise légèrement sa musique sans l’engluer dans le Metal Hardcore parfois vulgaire. C’est ainsi que nous avons droit à un festival de Hardcore aux horizons multiples, acceptant le legs anglais tout en le confrontant à son riche homologue scandinave, sans trahir l’une ou l’autre des scènes. On comprend vite le schéma, dès « A Country For Idiots », sorte d’exutoire parfait à la frustration ambiante et aux inquiétudes grandissantes. Avec un patronyme parfaitement adapté à notre période trouble de confinement, RAT CAGE joue sur du velours, mais gratte sa cage avec des guitares assassines, quelques soli purement dans l’esprit Rock, et traduit le vocable de MINOR THREAT dans un langage plus suédois, plus dark, sans sombrer dans le pessimisme à outrance. La vitesse est modulable, parfois proche d’un Thrashcore salement teigneux (« Jump Off A Building », oui les textes ne sont pas vraiment tendres), et la cadence ne ralentit que par intermittence, privilégiant les BMP dépassant les 140 (« Snake Oil »). On se prend vite de passion pour un album qui aurait pu sortir de studios de Stockholm (« Vanity Game (Part 1) », huit secondes de haine viscérale), ou d’un squat équipé de la banlieue de Manchester (« Midnight Death Ride »). Mais au final, à quoi bon décrire un pur album de Hardcore, si ce n’est pour préciser qu’il est d’une indéniable qualité, citant les DISCHARGE tout ne restant plus lumineux que la moyenne (« I Don't Wanna Listen », qui dégénère assez rapidement cela va sans dire), pour mieux lâcher quelques blagues bien placées (« Vanity Game (Part 2) »).

Un pur produit de l’underground qui se hisse au niveau des meilleures saillies du genre, et un album qui peut servir de référence pour les années à venir. De quoi avoir envie d’exploser sa cage pour reconstruire un monde sans barreaux aux fenêtres.       

                                                                                                    

Titres de l’album :

                        01. Intro

                        02. A Country For Idiots

                        03. Jump Off A Building

                        04. Snake Oil

                        05. Vanity Game (Part 1)

                        06. Midnight Death Ride

                        07. I Don't Wanna Listen

                        08. Vanity Game (Part 2)

                        09. Charge Them With Murder

                        10. Anti Trident

                        11. Cold Furnace

                        12. Not Got No Hope

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/04/2021 à 19:00
85 %    12

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45