Das Nichts

Godes Yrre

01/04/2020

Autoproduction

Un petit tour par l’underground histoire de vérifier s’il est toujours aussi actif dans le monde. La réponse semble évidente, mais il convient de temps en temps d’aller prendre la température des scènes européennes, après trop de temps consacré à disséquer les sorties suédoises, norvégiennes, américaines, allemandes, et même françaises. Et une fois n’est pas coutume, j’ai évité l’Amérique du Sud et les Pays de l’est pour me rendre en Suisse, du côté de Zurich, pour suivre le parcours d’un projet assez atypique…Un projet qui d’ailleurs vit le jour à Cuba, avant de s’exiler en Europe, et un projet qui ne date pas d’hier malgré une discographie encore peu conséquente…Tête pensante du concept GODES YRRE (« La colère de Dieu », nom donné à Grendel dans le poème Beowulf), Abel Oliva Menéndez est donc cubain d’origine, menant sa barque dans les années 90 au sein de SECTARIUM, obscur combo de Death/Doom/Grind. A l’époque, le musicien souhaitait explorer de nouveaux horizons, et c’est à ces fins qu’il sa fini par enregistrer sa première démo A Divine Image, qui selon lui, fit « grand bruit dans l’underground ». Sans pouvoir mettre en doute sa parole, affirmons que cette nouvelle direction empruntée ne le fut pas longtemps, puisqu’il fallut attendre pas moins de deux décennies avant de retrouver trace du projet, avec la sortie en 2017 du premier volet d’un triptyque, Inside The Whale. S’ensuivirent Ghost Warriors en 2018, puis ce Das Nichts cette année, qui referme donc les portes de la thématique en trois. Trois albums parsemés de sept chansons de sept minutes à chaque fois (quoique l’homme triche légèrement, puisque quelques compositions dépassent les huit, mais pardonnons-le), soit 3 fois 7 fois 7, ce qui nous donne un total de 144, sans que je connaisse la signification de ce résultat. Mais restons sur le concept du triptyque (la sainte trinité), et du chiffre sept (la création du monde), et adoptons cette mystique religieuse au moment d’aborder la musique. Musique qui dans les faits résonne comme une messe personnelle à l’adresse de fans à confesse, qui réclament leur pénitence artistique.

Plus prosaïquement, et puisqu’il faut employer des mots clairs, sachez que l’orientation de GODES YRRE est plutôt multiple. De ses racines extrêmes des années 90, Abel a gardé la crudité du Death, la pesanteur du Doom, mais a copieusement assaisonné le tout d’influences Indus et EBM, pour proposer une sorte d’Industrial Death Doom qui n’est pas sans rappeler les moments de gloire de MEATHOOK SEED, les saillies les plus obscures de FRONTLINE ASSEMBLY, ou même certaines inflexions du CEREBRAL FIX des nineties. Le tout est évidemment réalisé seul, at home, avec une programmation qui se sent dès les premiers coups de la rythmique, une guitare au son assez aléatoire, et des arrangements empilés piste par piste. Mais ce parfum délicatement amateur ne nuit pas à l’écoute de Das Nichts, et ne représente pas son écueil majeur. La principale difficulté à affronter lorsqu’on se décide à écouter ce LP est sa propension au statisme, avec de longs morceaux se ressemblant beaucoup dans le fond, et aussi dans la forme. Sans jeter d’œil au tracklisting durant l’écoute, et parvenu à la piste trois, j’avais l’impression d’une longue chanson de plus de vingt minutes, ce qui en dit long sur le caractère monolithique de cette musique. Mais on le sait, l’Indus n’est pas genre à s’affoler gaiement de variations, ce qui devient lénifiant lorsqu’il est dilué de Death et de Doom. Mais en faisant preuve d’un peu de patience, on fit par dépasser le stade de l’attente pour découvrir des titres plus ambiancés, sinon osés, et se convaincre du bienfondé d’une chronique éventuelle.

Ainsi, « Aetherium » nous propose un insert Ambient qui rompt avec la monotonie globale, et laisse un synthé assez lo-fi répandre des mélodies déviantes. En tant qu’hémistiche, ce morceau nous permet d’affronter la seconde partie de l’œuvre, toujours aussi obsédée par les rythmes rigides et les riffs amples, mais faisant preuve d’un peu d’inventivité supplémentaire au niveau des arrangements de percussions. « Death of the Worms Lord » officie donc en miroir presque parfait des trois premiers morceaux, mais accentue un peu la violence sous-jacente, en appelant à un ressenti Death Indus assez sombre et marécageux. « Return to Al-Nar » continue d’explorer la même veine d’agressivité compacte, mais ose aller encore plus loin dans le nauséeux. On pense à une version négative et maléfique de MINISTRY, avec ce beat lourd et emphatique, mais aussi à un MEATHOOK SEED ralenti et malsain, eu égard à cette guitare unidirectionnelle et insistante. Bien évidemment, ces comparaisons ne sauraient fonctionner à talent égal, GODES YRRE restant assez loin derrière ses aînés, mais il y a quelque chose d’hypnotique dans cette façon de ne jamais dévier d’une trajectoire bien tracée. Evidemment, parvenu au dernier titre, le temps commence à se faire un peu long, mais en expurgeant l’album de ses scories et en le ramenant à un timing plus raisonnable, il est tout à fait digeste, bien que minimaliste dans son désir de grandeur. On sent que le musicien n’a pas forcément les moyens ou les capacités de ses ambitions, et qu’il navigue un peu à vue parfois, mais son investissement ne saurait être remis en cause, ni sa passion. Un disque à réserver aux amateurs de sonorités blanches, de répétitions appuyées et d’itérations insistantes, de métissage culturel underground, et de Death Metal traité au prisme de l’Industriel lourd et compact.          

                                                                                                      

Titres de l’album :

                       01. No Light Behind

                       02. Dreaming into the Ice

                       03. Naruka

                       04. Aetherium

                       05. Death of the Worms Lord

                       06. Return to Al-Nar

                       07. Land of the Fleshless

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/04/2021 à 18:28
70 %    11

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Test de nouvelle vidéo

grinder92 11/09/2020

Vidéos

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

From the past

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

From the past

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Live Report

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

From the past

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Live Report

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

From the past

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Interview

Dead can Dance 2013

RBD 15/08/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Du texte en grasDu texte en italiqueDu texte soulignédu texte barrédu texte en vertune liste d'item numérotée(...)

16/09/2020, 22:12

grinder92

 

16/09/2020, 21:51

grinder92

16/09/2020, 21:49

grinder92

  Affichage des smileys

16/09/2020, 16:48

grinder92

 

16/09/2020, 15:51

grinder92

15/09/2020, 22:30

grinder92

15/09/2020, 22:06

grinder92

  

15/09/2020, 19:09

grinder92

 

15/09/2020, 18:39

grinder92

 

15/09/2020, 18:38

grinder92

Affichage de Smileys  

15/09/2020, 13:57

grinder92

test de fonctionnement

15/09/2020, 13:57

senior canardo

gros souvenirs, j'y avais emmené mon neveu de 7 ans et demi ! c'etait drole les regards partagés des gens entre "cool la relève" et "ce n'est pas un endroit approprié pour un enfant " lol. ce qui etait drole aussi le nombre de gens qui se sont barrés après slayer ...comme nous ;)

11/09/2020, 12:32

Humungus

Novateur ? Je ne sais pas du tout ce que la "presse" en dit mais moi je le trouve très varié (y'a tout NAPALM là dedans !), pas mal de côtés GODFLESH aussi... Pis même un titre totalement KILLING JOKIEN ("Amoral"). Bref, j'adore !!! Album de l'année ???

11/09/2020, 10:59

Living Monstrosity

Barney, toujours aussi intéressant en interview. Bon sang j'adore ce type !!! J'adore l'écart qu'il y a (toujours eu) entre l'aspect brutal de leur musique et le fond, l'esprit derrière tout ça. Quant au dernier album, j'ai bien envie de craquer aussi... Il est aussi "novateur(...)

11/09/2020, 08:04

Humungus

Nubowsky + 1000000 !!! Le dernier album en date est juste EX-TRA-OR-DI-NAIRE !!! !!! !!! Il tourne en boucle chez moi en ce moment...

11/09/2020, 07:25

RBD

Bel effort qui illustre bien le retour en grâce dont bénéficie cet album depuis, disons, une douzaine d'années, et après être passé pour le plus faible dans l'opinion générale jusqu'à la sortie de "Load". Tout est dit ici dans les faits, qui sont au demeurant bien connus. Ce (...)

10/09/2020, 21:27

Arioch91

Sabaton, je n'y prête même plus attention. Pas ma came mais je respecte ceux qui aiment. Y a pas de mauvais Metal. - Le bon Metal, c'est quoi ? Bah tiens, tu prends ce disque là, tu le poses sur la platine, tu écoutes. Bah, c'est du bon Metal. Et le mauvais Metal ? Ah..(...)

10/09/2020, 11:22

Arioch91

J'ai bien aimé celle de David White (Heathen, chant). On sent que l'intérim des gratteux chez Exodus lui a bien cassé les couilles, tout comme le fait que Kragen Lum se soit pointé avec la totalité du nouvel album entièrement composé par lui et que White ne pouvait même pas y apporter ses te(...)

10/09/2020, 11:18

Nubowsky

L’interview de Napalm est toujours aussi intéressante.. quelle conviction et quelle carrière exemplaire.

10/09/2020, 09:45